Le Maroc un des favoris d’un rendez-vous à 24

Le Maroc s’apprête à assurer sa 17e participation en Coupe d’Afrique des Nations à l’occasion de la 32e édition de la CAN 2019 prévue en Egypte en été prochain. Cap sur les participations du Maroc à travers l’histoire, depuis la création de la CAN en 1957.

Le Maroc sera engagé dans une nouvelle expérience en CAN 2019 new-look. Les Lions de l’Atlas et les autres pays, notamment les favoris, seront appelés à disputer plusieurs matches lors de la prochaine CAN organisée en Egypte du 21 juin au 19 juillet. Le coup est de taille avec cette CAN de 24 équipes en lice pour la première fois, ce qui va augmenter la durée de la compétition qui passera désormais à un mois.

Les stades retenus pour la compétition ont été également augmentés. Ils sont passés de 4 à 6, étalés sur 5 villes. Le Caire avec deux terrains, le stade international ayant la capacité du plus grand nombre de spectateurs (74.000 milles) et le stade du 30 juin (30. 000). Les autres stades sont dans les villes de Suez (25. 000), d’Ismaïlia (18. 500), d’Alexandrie (20. 000) et de Port-Saïd (17. 989).

Pour les sélections qualifiées et plus du Maroc, les équipes magrébines d’Algérie, de Tunisie et de Mauritanie qui est là pour la première fois, ainsi que celle du Madagascar. Les autres composantes des 24 sélections de la CAN sont le Sénégal, Mali, Ouganda, Nigeria, Guinée, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Angola, Burundi, Cameroun, Guinée Bissau, Namibie, Zimbabwe, RD Congo, Bénin, Tanzanie, Afrique du sud et l’Egypte, pays organisateur.

Tous souhaitent renforcer leur palmarès, qui pour un 8e sacre telle l’Egypte, détentrice du record des vainqueurs de la CAN, qui pour un 6e trophée (Cameroun), le Ghana qui compte 4 titres, le Nigeria (3 titres), le Congo et la Côte d’Ivoire -2 titres chacun) alors que l’Ethiopie, Soudan, Congo-Zaïre, Algérie, Afrique du Sud, Tunisie, Zambie et le Maroc restent avec un titre chacun.

Les pays les plus favoris pour passer au second tour et moins de surprise, ici et là, sont l’Egypte et la RD Congo du Groupe A, Nigeria et Guinée (GB), Sénégal et Algérie (GC), Maroc et Côte d’Ivoire (GD), Tunisie et Mali (GE), Cameroun et Ghana (GF).

Ce serait là le verdict du premier tour à moins qu’une autre sélection ne décide autrement dont celle de l’Afrique du sud qui fait partie du groupe du Maroc.

L’équipe nationale, qui est en Egypte pour aller jusqu’au bout, devra donc prendre toutes ses mesures afin d’être parmi les 12 qualifiées directement et sans passer par les 4 meilleurs deuxièmes, au second tour. Ce tour serait encore décisif pour la qualification aux quarts de finale, puis au dernier carré et la finale.

Les Lions de l’Atlas sont donc avertis. Il ne faut faire aucune concession face à aucun des adversaires dont les Pharaons d’Egypte avec lesquels les Lions ont un compte à régler datant de la récente CAN de 2017 au Gabon… On se rappelle bien de cette défaite, avec un but encaissé à 3 minutes de la fin d’un duel des quarts âprement disputé où les Lions méritaient mieux face à des Pharaons qui ont profité d’une balle arrêtée (corner) et d’une réaction ratée par le capitaine Benatia, pour inscrire le seul but victorieux de la rencontre. L’Egypte qui allait peiner en demi-finales, victoire au détriment du Burkina Faso  grâce aux tirs au but (4-3), s’est inclinée par la suite face au Cameroun, vainqueur du titre (2-1). C’était là une simple revanche pour le Cameroun qui avait cédé à doubles reprises face à l’Egypte en finale des CAN 1986 et 2008.

En 2019, les choses ont changé pour le Cameroun qui se rendra en Egypte pour défendre son titre. L’Egypte, elle, fera le tout pour le tout, pour réussir sur son sol ce qu’elle a raté ailleurs. D’autres habitués du sacre ne comptent pas y laisser des plumes à l’image du Ghana, demi-finale de la récente CAN face au Cameroun (2-2)…

Le Maroc, lui, reste toujours à recherche d’un second sacre dans son palmarès après celui remporté en 1976 en CAN d’Ethiopie. A l’époque, l’équipe nationale se composait seulement des joueurs locaux du Championnat national et sans aucun joueur professionnel de l’étranger. Mais avec les années et surtout depuis l’arrivée de l’entraineur Henri Michel, l’équipe nationale ne favorisait que les pros d’Europe, à l’image de ceux ayant disputé la CAN 1998 avec une place de quart de finale. L’expérience des pros s’est poursuivie jusqu’à nos jours où l’autre coach français, Hervé Renard, va engager une formation des Lions à 100% composée des pros d’Europe, mais aussi de certains anciens sociétaires des clubs du Vieux Continent qui ont opté pour les Championnats arabes du Golf tels Mehdi Benatia, Marouane Da Costa, Karim El Ahmadi Arroussi, M’barek Boussoufa, Nordin Amrabat…  Cela à un moment où Renard continue de tourner le dos aux Botolistes du Championnat national bien que plusieurs joueurs d’entre eux soient beaucoup mieux que certains chanceux qui n’ont même pas de place au sein de leurs clubs respectifs en Europe.

Quoi qu’il en soit, gardons confiance pour les préférés de Renard qui seront menés par Hakim Ziyech, qualifié de meilleur pro marocain d’Europe.

Espérons que la CAN égyptienne de cette 32e édition soit  du côté des Lions…

Rachid Lebchir

Related posts

*

*

Top