Lire Evelyne ou le djihad?

Évelyne ou le djihad ? Nous incite à réfléchir sur une réalité dont la complexité mérite de poser des questions sur le devenir d’une jeunesse qui, faute d’un système politique générateur de frustration, sombre dans le désespoir.

De quel avenir parle-t-on ? Que peut-on attendre d’un pouvoir qui bafoue le droit d’aimer et vivre son humanité librement sans porter atteinte à autrui ? Et puis la violence ne peut produire et reproduire que la violence. D’où la question métaphysique : qui est responsable ?

Évelyne ou le djihad ? Ne se présente pas comme étude censée dévoiler les dessous d’une anomalie sociologique et présenter les alternatives au dysfonctionnement des institutions susceptibles de rationaliser le rapport avec les individus pour délimiter les droits et les devoirs de chaque composante de la société.

Mohamed Nedali problématise une situation à l’aide d’un récit qui, en plus de la finesse avec laquelle il tisse sa trame, dit une réalité, laquelle exige une vérité. Autrement, Évelyne ou le djihad ? Dont le champ de la fiction est très proche du concret nous enseigne sur l’engagement de l’écrivain, d’autant plus qu’il nous balise le chemin vers, non seulement une prise de position qui pourrait être inutile, compte tenu de l’énormité du déficit en termes de gouvernance, mais aussi vers la traduction en praxis de cette prise de position. En attendant, contentons-nous du rêve.

Iydar refuse d’être réduit à la définition vulgaire du mot jeunesse car son devenir ne s’est pas construit à l’image de ce qu’on nous appris à l’école. Il est plutôt l’incarnation du flou qui gère notre rapport à la religion que la marginalisation accentue. Iydar n’est pas seulement un prénom, mais il est une injustice géographique prédisposée à dévier dans l’irrationnel. La pauvreté a failli être apostasie du moment où le pouvoir et la justice ne s’arrangent pas du côté du pauvre. Je pense à Nietzsche et sa conception de la justice et du pouvoir.

L’incarcération du jeune Iydar n’est-elle pas une réfutation de la représentation de l’espoir ? Mais quel espoir ? Il est impossible d’espérer dans un milieu où le pouvoir brise les rêves et transgresse la dignité humaine. Si non, comment comprendre qu’une altérité soit bafouée au nom de je ne sais quelle pudeur ? C’est dans ce désespoir que l’intégrisme trouve son champ fertile pour cultiver la violence. Abou Hamza est l’illustration d’une idéologie qui se nourrit de l’imaginaire social que l’école a échoué de transformer en critique.

Évelyne ou le djihad ? Raconte le déchirement d’une jeunesse prise entre le marteau du besoin et l’enclume du salut éternel, entre le rêve et le devenir, entre le pied -à terre et le Très-Haut, entre faire sa vie et la refaire. Qui vous a dit que la prison est une école ? Le sort d’Iydar rejette cette assimilation. Il se trouve qu’il n’a rien appris de la prison hormis les prédictions qui mènent vers la violence et embrouillent l’idée selon laquelle l’Homme est responsable de son devenir.

C’est ce sens de responsabilité que l’école devrait lui enseigner et le forger pour faire face à l’imprévisible. Hélas, le pouvoir ne se rend pas compte, en portant atteinte à la liberté de ce jeune, qu’il contribue au djihad. Du coup, la prison fait vivre le désespoir avec l’imprévisible. Évelyne et Iydar n’ont rien en commun hormis l’idée de  refaire sa vie. Évelyne voudrait refaire sa vie en étant toujours fidèle à la carte postale, tandis qu’Iydar, la peau tannée dès son jeune âge, n’a qu’à faire avec le contraste de la carte postale.

On ne peut pas se passer de la figure de la mère en lisant ce fluide récit. Comme toutes les mères qui ont forgé leur personnalité par la dureté de l’espace et la tendresse immense envers leurs enfants, la mère d’Iydar est synonyme d’une double souffrance : celle d’une inégalité qui perdure et l’oignement d’un cher qui finit par embrasser le mirage, loin du mépris de l’adverbe.

Évelyne ou le djihad ? Est un écrit dont la résonance est toujours d’actualité. L’art de nous raconter est un don réservé aux écrivains comme Mohamed Nedali.

Abdelmajid Baroudi

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top