Révolution du Roi et du Peuple

Si exception il y a pour le Royaume du Maroc, c’est bien dans cette Révolution du Roi et du Peuple dont nous fêterons le 20 août prochain le soixante quatrième anniversaire.

Elle constitue l’expression de la «conscience vive qui anime chacun de nous et (de) la sincérité de son patriotisme et de son attachement aux intérêts supérieurs de la nation». Cette épopée a permis de rétablir le droit et de démontrer au colonialisme et à qui en doutait, que la légitimité royale n’est pas seulement une réalité concrète et fondamentale au Maroc ; mais qu’elle manifestait la symbiose constante vécue par le peuple marocain et la monarchie dans une continuité historique exceptionnelle. De tout temps il en est ainsi et il en sera ainsi.

Au milieu du siècle dernier, à la revendication permanente de l’émancipation du Maroc par ses forces vives dont le sultan Sidi Mohammed Ben Youssef; le protectorat français, dans son «ère Guillaume», va répondre par des dérapages qui vont l’amener, avec ses suppôts de traitres et de collabos, à la déposition du sultan et à son exil. Dans l’immédiat, le peuple marocain réagira en développant sa lutte, sous toutes les formes, pour rétablir la légalité et la légitimité de la monarchie.

Ainsi et pour l’essentiel; après deux attentats, le fantoche Ben Arafa vivait reclus, ne croyant plus à la protection des forces coloniales. Le Glaoui était nargué dans son fief. Les actes de résistance qui prenaient pour cible les colonialistes intransigeants et leurs supplétifs comploteurs se multipliaient à travers le pays. Politiquement, le mouvement national consolidait la conscience nationale en organisant la mobilisation contre le protectorat et la lutte pour l’indépendance et le respect de la souveraineté marocaine. Istiqlal, Parti Démocratique de l’Indépendance et Parti Communiste Marocain se retrouvaient unis et intransigeants dans ce dessein.

Les agissements criminels des tenants du colonialisme ont abouti à de nombreuses pertes humaines et à des traumatismes de tout genre intéressant la population marocaine. Les drames de la résistance ont été dépassés par les valeurs liées au sacrifice consenti pour la patrie. Gloire à nos martyrs et à l’ensemble de nos résistants ; qu’ils reposent en paix. Ad vitam aeternam, la patrie leur est reconnaissante pour le combat mené pour la liberté et l’indépendance.

La violence du colonialisme vaincue, les parenthèses du protectorat se fermaient par le retour triomphal de Mohammed V. L’indépendance du Maroc lui a permis de s’intégrer dans le concert des nations et de servir d’arrière-pays pour la libération de l’Algérie voisine, l’édification du panafricanisme et l’accomplissement et la préservation de son intégrité territoriale en préservant ses relations internationales dans le respect de sa souveraineté et de son indépendance.

Dans l’étape historique actuelle où il s’agit de consolider l’édification de l’Etat national démocratique et moderne, la confirmation de la pratique démocratique, à tous les niveaux, est une exigence garantie par le Roi et résolument voulue par le peuple. Il s’agit de renforcer par la réforme et le consensus nos institutions constitutionnelles en veillant au développement du « vivre-ensemble dans le respect de la liberté, de l’égalité, de la diversité et de la différence ». L’attachement de notre peuple à la monarchie relève aussi de cette convergence, fidèle et sûre, des efforts du Roi et des sacrifices du peuple pour que le Royaume du Maroc puisse «atteindre un niveau de maturité», sur tous les plans, permettant la croissance, la sérénité et le bienêtre.

C’est dans l’esprit de la révolution du Roi et du peuple que doit s’inscrire l’effort national pour «le grand jihad» annoncé par Feu Mohammed V, celui du développement durable et du bienêtre. Entamé par S. M. Mohammed VI; il projette d’exclure à jamais l’existence d’un Maroc à plusieurs vitesses, où les riches bénéficient des fruits de la transformation sociale et s’enrichissent davantage, alors que les pauvres, exclus de la dynamique sociétale se trouvent exposés à plus de pauvreté et de privation. Une révolution du Roi et du peuple pour aller de l’avant et construire un avenir meilleur.

Top