Ribat Al Fath et Rabat Salé Mémoire apportent des précisions!

Restauration du Café Maure des Oudaias

Par Mohamed Nait Youssef

Le débat  sur la  restauration du Café Maure de la Qasbah des Oudaias a défrayé la chronique. Sur les réseaux sociaux, ce projet de restauration de  l’un des symboles du patrimoine culturel de la ville de Rabat classée au titre du patrimoine mondial a occupé une place prépondérante sur la toile.

En effet, l’intervention sur ce lieu emblématique et composante importante de la mémoire collective de la capitale s’intègre dans un projet global de mise en valeur de la Qasbah des Oudaias (remparts, portes monumentales, musées de la parure, jardin andalou…), ont affirmé, mercredi 15 juillet, les associations Ribat Al Fath et Rabat Salé Mémoire dans un communiqué conjoint rendu public.

Interpellées par les réactions sur les réseaux sociaux et médias, les associations Ribat Al Fath et Rabat Salé Mémoire en tant qu’acteurs œuvrant à la protection du patrimoine matériel et immatériel de la ville de Rabat, ont pris attache avec les différents acteurs et autorités en charge de la gestion du patrimoine pour prendre connaissance des intentions et contenus réels du projet en cours», peut on lire dans le communique publié suite à une réunion tenue, mardi 14 juillet, en présence du président de l’Association Ribat Al-Fath, Abdelkrim Bennani, du président de l’Association Rabat Salé Mémoire, Fikri Benabdallah, du Wali de Rabat Salé Kénitra et du directeur régional du ministère de la Culture.

Selon la même source, ce projet vise le retour aux véritables composantes structurelles et architecturales originelles du lieu, comme l’attestent les différents travaux et supports photographiques de l’époque et préalablement recommandées par l’étude d’impact patrimonial – EIP – établie en la circonstance.

ur le plan structurel, cet espace emblématique souffre de graves problèmes dus à des ajouts hors norme constituant aujourd’hui des vices cachés tels que :Érosion des sols d’assises du café, fragilisation des contreforts, corrosion des aciers des dalles en béton armé, infestation et dégradation des poutres en bois soutenant les banquettes en encorbellement sur falaise, absence de fondations des poteaux de la structure en béton armé.

«Ces constats soumis en séance à nos deux associations relèvent des diagnostics établis par le laboratoire, le bureau d’étude spécialisé et l’architecte», peut on lire dans le communiqué conjoint.

A terme, affirme la même source, cette situation met en péril la stabilité de ce lieu à haute fréquentation publique et touristique.

Sur le plan architectural, ce projet de restauration préservera l’identité immuable et originelle et réelle du lieu. Cette option stratégique prendra le soin d’évacuer tout ajout ou appendices ayant, de fait, porté atteinte à l’intégrité architecturale historique de ce lieu de mémoire, soulignent les deux parties.

Dans ce sens les deux parties ont convenu deux dispositions, à savoir la concertation préalable future avec l’ensemble des acteurs concernés par le patrimoine, dont la société civile. Cette communication permettra d’éviter à l’avenir tout problème entravant l’adhésion collective aux projets de cette nature, tout en renforçant leur légitimité.

Concernant la deuxième disposition, elle porte sur la création de commissions de suivi de la réalisation de l’ensemble des projets sensibles impactant l’image et la mémoire de la ville de Rabat, poursuit la même source.

Et de conclure que la destinée du projet de restauration du Café Maure de la Qasbah des Oudaias offre à la collectivité œuvrant au service du patrimoine culturel l’opportunité d’ouvrir une nouvelle page pour une gestion partagée des questions du patrimoine.

Related posts

*

*

Top