Le Salon culturel du PPS rend hommage au jeune réalisateur Ayoub El Aiassi

Le siège national du Parti du Progrès et du Socialisme à Rabat a accueilli, jeudi 19 avril, une projection débat autour du premier long métrage « Matfahmnach » (le malentendu) du jeune réalisateur marocain, Ayoub El Aiassi, et ce en présence des passionnés de cinéma, des journalistes, des hommes, des femmes de la culture et des militants.

En effet, le film présenté dans le cadre du Salon culturel du PPS par la section d’Agdal-Riad est une adaptation de la célèbre pièce de théâtre en trois actes d’Albert Camus, le malentendu. Un très beau film où le jeune réalisateur a su et pu saisir l’âme du texte de Camus. Il s’agit d’une incarnation de l’absurde, de la solitude, de la mort, de l’angoisse, de l’amour, de la perte de soi et de sa recherche, du voyage qui ont ponctué la trame du film. Le réalisateur a touché l’essentiel en traduisant non seulement les valeurs universelles regorgeant dans le texte universel de Camus, mais, en revanche, il a fait un travail de transplantation en inventant et réinventant une nouvelle écriture cinématographique. Il s’agit d’une histoire dans l’histoire et d’un texte dans le texte.

Mohamed Nabil Benabdallah, Secrétaire général du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) s’est félicité, lors de son mot d’ouverture à l’occasion de ce salon culturel de la section d’Agdal-Riad, du fait de revivre une idée qui a encadré et réuni des générations, des militants et qui a donné des tombées bénéfiques sur la scène la culturelle et politique à savoir l’expérience des ciné-clubs.

«J’espère que le Salon et les jeunes cinéastes et cinéphiles s’ouvriront sur les pionniers du cinéma marocain, ainsi que les différentes énergies et talents dont le jeune réalisateur Ayoub El Aiassi», a-t-il dit.   À travers les films et les sujets qu’il avait abordés ainsi que ses expériences passées, on est devant un intellectuel au vrai sens du terme, explique le Secrétaire général du PPS.

Le film relate l’histoire du jeune Driss qui a vécu une période de 25 ans à l’étranger notamment à Hawaï aux USA. Il décide de revenir à ses origines, à sa demeure. Il y revient à l’auberge à Lala Takerkoust dans la région de la ville de Marrakech.

Driss cet étranger venu de la terre, de la mer et du soleil que Lbatoul rêvait toujours de visiter y retrouvera la mort. Ce sont sa mère Maria et sa sœur Lbatoul qui ont mis fin à sa vie sans le savoir. C’est leur métier en fait de tuer leur clients riches et de les jeter dans le barrage Lala Takerkoust.

Un sort absurde de ce jeune qui est venu voir comment vivait sa petite famille à près une longue absence. L’ironie du sort !

«Je suis doublement honoré parce que cet hommage vient de mes camarades au cœur de ma maison, au siège national du Parti du Progrès et du Socialisme», s’est réjoui le réalisateur.

Le Salon culturel du PPS, organisé par la section d’Agdal-Riad, est une belle initiative, explique-t-il. «Le PPS est toujours le premier parti qui est là pour soutenir les arts et les artistes.  Il est le premier dans la gestion de la chose publique, notamment quand il s’agit d’un secteur relatif à la culture, à l’art ou à la communication», a fait savoir Ayoub El Aiassi lors de la présentation de son film.

De son côté, le secrétaire local de la section d’Agdal-Riad, Said Akdad, a souligné que Ayoub El Aiassi est un jeune réalisateur qui s’est formé sur les mains du grand monstre du théâtre marocain Tayeb Saddiki. Dans ce film, a-t-il avancé, le réalisateur a essayé de saisir l’âme du texte d’Albert Camus, mais avec une touche cinématographique marocaine.

Un trophée a été offert par le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme à Ayoub El Aiassi, en hommage à son travail et à ses efforts dans le domaine de la culture et des arts.

Mohamed Nait Youssef

L’ambassadeur de Palestine à l’honneur

Le Parti du Progrès et du Socialisme tiendra son congrès provincial de Marrakech  dimanche 22 avril 2018 à la Salle des grandes réunions du Conseil communal (sis au boulevard Mohammed VI), et ce, à partir de 10 heures.

Cette instance statutaire se réunira sous le thème «Le renforcement des structures partisanes au service de la cause patriotique».

Une délégation du Bureau politique du PPS assistera à ce congrès et sera composée de Mustapha Rejjali, coordinateur de la région de Marrakech-Safi, Abdelouahad Souhail, Ahmed Salem Latafi et Fatima Sbaii.

Les travaux de ce congrès se dérouleront selon l’agenda suivant :

– Séance d’ouverture avec l’allocution d’accueil

– Intervention du Bureau politique

– Intervention de l’Ambassadeur de Palestine

– Un volet artistique ponctuera ces interventions, notamment des chansons nationales du groupe Jil Jilala et du chanteur Saïd Al Maghribi.

Après cette séance d’ouverture, les travaux du congrès seront marqués par la présentation et l’adoption, par les congressistes des diverses sections locales, du rapport moral et financier, l’élection du secrétaire provincial, des membres du Conseil provincial, des déléguées et délégués au Xe Congrès national du Parti ainsi que des représentants de la province au futur Comité central.

Signalons que ce congrès provincial se déroule après le renouvellement des instances dirigeantes des sections locales de Gueliz, Menara, Annakhil, La Médina, Sidi Abbas ben Ali, Akfay, Aït Imour, Souihla, Sidi Zouine, Essâada, en plus du parachèvement de la constitution des secteurs de la Santé, des Avocats, du Transport, des Etudiants et du Forum de la Parité et de l’Egalité.

Related posts

*

*

Top