Sogécapital Bourse : le titre «IAM» à acheter

Kaoutar Khennach

Sogécapital Bourse vient de publier une note valeur portant sur le titre Maroc Telecom. Selon, la méthode de valorisation par actualisation des cash-flows futurs, la société de bourse aboutit à une valeur de 160 DH par action et recommande d’acheter le titre. Détails.

 «Les réalisations commerciales et opérationnelles de Maroc Telecom viennent conforter notre opinion sur la valeur, qui continue d’afficher de la croissance sur l’ensemble de ses segments d’activité et ce, en dépit d’un environnement concurrentiel et réglementaire défavorable tant au niveau local qu’à l’international» commentent les analystes financiers de Sogécapital Bourse.

En effet, le parc de la téléphonie mobile de l’opérateur historique s’accroît, à fin décembre 2019 de 2,1% et celui des abonnements Internet prend 5,6%, en glissement annuel. En revanche, le parc de la téléphonie fixe (y compris la mobilité restreinte) cède 3,3% sur un an. Même tendance du côté du taux de pénétration, un taux à plus de 131,4% sur le mobile, à 71,3% pour Internet et à 5,8% sur la téléphonie fixe à fin décembre 2019.

Aussi, Maroc Télécom se caractérise par une position sur l’ensemble des segments d’activité, en particulier sur le segment de la téléphonie fixe où l’opérateur historique détient une part de marché de 91,6% à fin décembre 2019.  Une situation de quasi-monopole qui pourrait changer après la sanction du régulateur. En effet, le 3 février 2020, Maroc Télécom écope d’une sanction pécuniaire record de 3,3 milliards de DH, suite à la décision de l’ANRT sur la saisine déposée par l’opérateur WANA « pour pratiques anticoncurrentielles concernant la mise en œuvre du dégroupage».

D’ailleurs, les analystes ont déclaré à ce sujet que : « vu la décision récente du régulateur au sujet du dégroupage, nous pensons que Maroc Telecom accusera sur les 3 à 4 prochaines années un repli de son activité commerciale sur ce segment là, qui devra a fortiori se matérialiser par une contraction des marges ». Et d’ajouter : «En somme, nous demeurons confiants quant au potentiel de croissance du titre, sur fond de poursuite du déploiement de la Data Mobile, principal levier de croissance, et du maintien de l’activité sur l’international avec des gains en termes de parts de marché et de marges».

En effet, Maroc Télécom est passé par plusieurs étapes de croissance marquées par des opérations d’acquisition stratégiques. Suite aux différentes opérations de croissance externes opérées par le groupe Maroc Télécom sur les deux dernières décennies, Maroc Télécom est devenu un opérateur fortement implanté en Afrique. Le groupe, depuis sa privatisation, a toujours été adossé à un actionnaire de référence dans le secteur des télécoms que ce soit à  l’époque avec le groupe Vivendi ou aujourd’hui avec le groupe Etisalat sans oublier la présence de l’Etat marocain dans le tour de table de la société.

L’ensemble des pays où le groupe est implanté observe une importante croissance de leur taux de pénétration mobile. Les filiales du groupe évoluant dans les marchés matures comme Gabon Telecom et Mauritel entament leur mutation des usages privilégiant la Data mobile à la voix. Les filiales historiques opérant dans des marchés en croissance, à l’image de Sotelma (Mali) et Onatel (Burkina Faso) sont de plus en plus challengées par leurs concurrents sur le marché Mobile, mais elles restent bien placées pour bénéficier de la montée en puissance de la Data mobile, considérée comme le relais de croissance sur ces marchés. Quant aux filiales acquises depuis 2015 de chez Etisalat, les efforts marketing et commerciaux ont porté leurs fruits avec une progression de la part de marché Mobile pour chacune de ces filiales. Aussi, Maroc Télécom est un véhicule d’investissement du groupe Etissalat en Afrique de par son expertise et sa connaissance du continent.

Ainsi, et profitant d’une baisse notable du cours en bourse, «nous recommandons d’acheter le titre Maroc Telecom, compte tenu d’un cours cible de 160 DH. Sur la politique de distribution, nous pensons que la capacité de distribution de la société sur les prochaines années se renforcerait, en corrélation avec la croissance estimée des revenus», concluent les analystes de Sogécapital Bourse. D’ailleurs, Sur la politique de distribution, le groupe a proposé la distribution d’un dividende ordinaire de 5,54 DH par action.

Par ailleurs, cette recommandation par une hausse estimée du chiffre d’affaires due principalement à l’affermissement du chiffre d’affaires des activités à l’international de 0,9% sur la période 2020-2022. Cette performance est essentiellement tirée par la croissance des parcs, en moyenne de 5,5%.

Toutefois, la masse bénéficiaire du groupe qui devrait perdre près de 400 millions de DH à fin 2020 par rapport à 2019, retraité de l’impact de la sanction de l’ANRT (soit 6 029 millions de DH), en lien avec le repli des marges et la hausse des charges financières. A noter également, l’impact de la taxe de solidarité sur la rentabilité du groupe sur l’exercice 2020 et le don de 1,5 milliard de dirhams  au fonds spécial Covid-19. Hors ce dernier, le RNPG ressortirait s’établirait à 5 millions de DH. Enfin, le RNPG devrait évoluer à une croissance moyenne de 13,8% sur la période 2020-2022.

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top