Une désinflation qui n’est pas forcément satisfaisante

Pour cette semaine, nous allons évoquer un thème plutôt tabou car certains observateurs craignent souvent la cherté de la vie et sont donc satisfaits quand l’inflation est faible. Or, la faible inflation, n’est pas forcément une bonne nouvelle, surtout quand son origine est la croissance économique modérée.

En effet, lors des dernières années, l’économie marocaine est marquée par la faible génération de l’inflation. En particulier, sur l’ensemble de l’année 2019, l’inflation devrait s’établir selon Bank Al Maghrib à 0,6% après avoir atteint 1,9% en 2018. Aussi, l’inflation sous-jacente n’est attendue qu’à 0,8% prévue en 2019 après 1,1% en 2018.

Cette situation s’explique par la panne de plusieurs moteurs de l’inflation. Ainsi, la croissance économique devrait ralentir à 2,8% en 2019 après avoir calé à 3% en 2018. Aussi, au niveau non-agricole, la croissance s’améliore progressivement mais demeure inférieure au niveau de l’inflexion. Ainsi, la valeur ajoutée non-agricole, devrait s’accélérer à 3,6% en 2019 contre 2,9% en 2018. D’ailleurs, le taux d’utilisation dans l’industrie manufacturière n’est que de 79%, ce qui aboutit à des investissements et des embauches modérés.

Par ailleurs, l’autre moteur inflationniste des crédits, est en évolution modérée. En effet, le crédit bancaire au secteur non financier a progressé à fin avril à un rythme modéré de 3,3% globalement et de 1,3% pour les entreprises privées. Il devrait aussi terminer l’année 2019 en hausse de 3,5% comme en 2018.

Related posts

*

*

Top