City stoppé à 21 victoires, Liverpool déprime

Angleterre

Manchester United a stoppé à 21 victoires consécutives la série record, en Angleterre, de City, en remportant le derby 2 à 0 dimanche, pour la 27e journée, alors que Liverpool a continué à sombrer en perdant contre Fulham (0-1) chez lui.

On pensait les Citizens intouchables et les Red Devils émoussés, et pourtant ces derniers ont réalisé un gros match pour infliger au leader sa première défaite depuis fin novembre.

Avec 11 points d’avance, City a toujours le titre en vue, mais il ne battra pas les 23 victoires consécutives du Bayern, record pour les 5 grands championnats européens.

Avec sa première victoire contre une équipe du « big 6 » cette saison, United, avec 54 points, reprend la deuxième place à Leicester (53 pts).
Man United a profité d’une faute grossière sur Anthony Martial de Gabriel Jesus, dès la 36e seconde de jeu, pour prendre l’avantage par Bruno Fernandes (1-0, 2e).

Alertes, bien en place et même audacieux par moment, United a fait le trou grâce à un tir croisé à ras de terre du latéral Luke Shaw, monté jusque dans la surface adverse (2-0, 50e).

De son côté, City a eu du mal à trouver des joueurs dans la surface et s’est souvent contenté de frappes à mi-distance sur lesquelles Dean Henderson, encore titulaire, s’est montré irréprochable.

L’un des tournants du match aura été la frappe de Rodrigo, à l’entrée de la surface, qui aurait remis les deux équipes à égalité si elle n’avait pas trouvé le coin du cadre (48e).

Ce revers sans conséquence immédiate pourrait servir de rappel bienvenu pour City, encore en lice dans quatre compétitions qu’il ambitionne de remporter.

Pour United, c’est un boost important pour sa confiance, à quatre jours de la réception de l’AC Milan en huitième de finale aller de Ligue Europa.

Apathique pendant 45 minutes, brouillon ensuite, Liverpool a subi une sixième défaite de rang à Anfield en championnat, du jamais vu, face à Fulham (0-1).

Huitièmes avec 43 points, les Reds ont 3 longueurs de retard sur Everton, 5e et dernier européen virtuel, mais qui compte deux matches en moins.

Fulham, reste 18e et premier relégable, mais avec le même nombre de points que Brighton (17e).

Jürgen Klopp avait fait 7 changements dans son onze de départ par rapport à l’équipe battue (1-0) par Chelsea jeudi, mais, loin de provoquer un électrochoc, ce grand coup de balai a semblé tétaniser encore plus les Reds, dominés chez eux par un relégable.

Pire, juste avant la pause, Mohamed Salah a tardé à dégager un ballon devant sa surface que Mario Lemina lui a subtilisé pour enchaîner par une frappe croisée qui a trompé Alisson (1-0, 45e).

En seconde période, les Reds auraient pu arracher un point avec une volée de Diogo Jota, magnifiquement détournée par Alphonse Areola (48e), ou une tête lobée de Sadio Mané qui est venue mourir sur un poteau (70e).

Mais sans intensité, sans idée, sans confiance, le mal semble profond à Liverpool qui n’aura plus que le huitième de finale retour de Ligue des champions contre Leipzig, à Budapest (victoire 2-0 à l’aller), mercredi, pour remettre un peu de couleur dans sa fin de saison.

Double buteur et double passeur décisif pour Gareth Bale, Harry Kane a porté les Spurs vers un beau succès sur Crystal Palace (4-1).

Avec 45 points, les Spurs, 6e, reviennent à 2 unités de Chelsea, 4e et dernier qualifié virtuel pour la Ligue des champions.

Au sein d’une attaque très en verve en ce moment – 4 matches avec 4 buts inscrits sur les 6 derniers -, Kane a rayonné.

Il a offert au Gallois deux caviars, un centre à ras de terre qu’il n’avait qu’à pousser au fond (1-0, 25e) et une remise de la tête (2-1, 49e), avant d’envoyer une splendide frappe enveloppée sans contrôle dans la lucarne opposée (3-1, 52e) et de marquer dans le but vide sur une offrande de Son Heung-Min (4-1, 76e).

Une passe décisive qui fait de Kane et Son le duo le plus prolifique de l’histoire de la Premier League avec déjà 14 buts offerts l’un à l’autre cette saison.

*

*

Top