3 questions à Farid Mezouar, directeur exécutif de flm.ma

Quel est l’évènement de la semaine?

Je pense que la semaine a été marquée par le basculement de la variation annuelle du MASI dans le rouge. En effet, le MASI a subi une correction hebdomadaire de 2%, qui a fait  passer la variation annuelle dans le rouge à -1,14%. Aussi, depuis le 9 mars, l’indice boursier a chuté de 7,8% même si les fondamentaux du marché ne se sont pas dégradés. En particulier, plusieurs indicateurs sont au vert avec une croissance économique satisfaisante, une hausse de la masse bénéficiaire et un environnement bas des taux.

Comment expliquer cette correction boursière?

Pour résumer, la psychologie collective morose des investisseurs a servi de catalyseur aux prises de bénéfices après une période faste de deux années d’embellie boursière. Aussi, ce mouvement a amplifié une correction Bottum Up, dont les origines sont diverses comme la baisse du MSCI Frontier Markets, la première application de la norme IFRS 9 par les banques ou la baisse des ventes de ciment.

Quels sont les drivers de la psychologie collective négative?

Tout d’abord, le mois de mai est habituellement baissier au Maroc et à l’international. Ainsi, cette année, le MASI a cédé en mai 5,5% contre 0,5% en 2017, 2,2% en 2016 et 2,3% en mai 2015. En 2018, ce phénomène a dû être accentué par le boycott de certains produits de grande consommation par une partie des consommateurs. En effet, au-delà de l’effet direct, un tel mouvement social inédit n’est pas propice à la prise de décisions d’investissement dans des actifs risqués.

Related posts

*

*

Top