Abdelkader El Badaoui, l’infatigable

Infatigable, Abdelkader El Badaoui est un créateur au fond de l’âme. Malgré toutes les critiques et reproches que certains lui ont adressés et adressent encore sur l’orientation de ses travaux et œuvres, El Badaoui demeure une figure incontournable du théâtre marocain.

Abdelkader El Badaoui est le fondateur de la célèbre troupe éponyme «Badaoui» qui a apporté une touche nouvelle au théâtre marocain. Ce natif de Tanger en 1934 a toujours eu un style propre à lui et une vision unique de l’art. Aujourd’hui, son expérience théâtrale figure parmi les courants voire les écoles qui ont marqué les planches marocaines. Sa carrière est longue, riche et particulière. Car, El Badaoui a fait des choix artistiques et esthétiques… et les a assumés. Il est aussi l’un des noms qui ont jeté les premiers jalons et  piliers du théâtre marocain. Il compte à son actif plus de 50 ans de carrière dédiés à la scène.

Depuis sa création jusqu’à présent, le théâtre Badaoui a été une véritable pépinière des comédiens et une école où se sont formés de nombreux étudiants et artistes. Il a pu s’imposer sur scène et faire connaitre son  travail au grand public dans un contexte où la scène théâtrale nationale connaissait une mouvance, une quête d’identité , mais était aussi confrontée à d’énormes défis.

Badaoui a défendu son propre théâtre et son expérience. Il a œuvré pour un théâtre indépendant et de bonne qualité ouvert sur la culture marocaine. Dans ses débuts, le comédien a fait des planches sa propre tribune pour lutter pour la libération du pays. Il a monté ainsi des pièces telles que «La voix de la conscience» et «Les jeunes travailleurs» qui revendiquaient les droits des jeunes et de la population.

Abdelkader Badaoui a consacré sa vie au théâtre. Il a toujours estimé, même après l’indépendance, notamment dans une période transitoire et sensible que le théâtre a toujours un rôle à jouer dans la promotion et le développement humain, social et culturel du pays. Le théâtre devait bien entendu non seulement incarner les maux de la société, mais aussi trouver des réponses aux aspirations des citoyens.

Dans cette optique,  El Badaoui a accompagné les mutations du pays et ses changements par le biais de ses textes et ses pièces. Par ailleurs, il a toujours cru au rôle des jeunes dans le changement. C’est pour cette raison qu’il s’est engagé à assurer la relève de demain. Pour ce faire, en 1972, il a décidé de s’aventurer dans le théâtre estudiantin. Une expérience théâtrale très riche qui a permis de former des jeunes talentueux qui ont eu le privilège de s’épanouir et de s’ouvrir sur d’autres cultures, arts et civilisations en jouant des pièces de renommée internationale.

La même période a vu naître le «Festival du théâtre d’Ifrane». Un  événement théâtral qui s’est ouvert sur la ville, sa population ainsi que les enfants et les jeunes des colonies de vacances qui viennent des quatre coins du pays. La troupe «Badaoui», qui avait créé une dynamique artistique incroyable, leur a offert l’opportunité de savourer le théâtre.

Toujours dans les années 70, la troupe avait continué sur sa lancée, avec sa ligne éditoriale tracée et son engagement dans les questions du peuple et de la Nation en participant à la Marche Verte en 1975. Dans la foulée, trois tournées s’en suivirent dans les provinces du Sud du Royaume. Badaoui avait accompagné cette période importante de l’histoire du pays avec des pièces de théâtre qui avaient sillonné les villes marocaines.

Dans les années 80, il milita pour que son art et son théâtre restent toujours sur le devant de la scène. Et malgré les changements que connait le théâtre marocain, El Badaoui a initié ses enfants Karima et Mohcine à embrasser le père des arts et à prendre le relai. A dire que l’aventure de Badaoui continue!

Mohamed Nait Youssef

Related posts

*

*

Top