Africinvest prend le parti de Heetch

Le marché des applications pour taxi ne connaît pas de répit. Et la bataille pour se positionner fait toujours rage. Les lancements dans les villes se multiplient et Roby, Heetch, Careem ou encore le dernier né Yassir se font une concurrence féroce.

Dernière opération en date, le fonds d’investissement Africinvest vient d’injecter 4 millions de dollars dans l’application Heetch. Cet apport d’argent frais a pour but, selon l’hebdomadaire Challenge, de financer l’accélération du développement de Heetch sur le Maghreb et l’Afrique francophone centrale et de l’ouest.

Car faut-il le rappeler, Heetch est déjà présente au Cameroun (Afrique centrale) et en Algérie (Maghreb), et compte se déployer en Tunisie et au Sénégal dans un futur proche. En revanche, l’expérience ivoirienne des mototaxis ayant tourné court, l’entreprise technologique française a dû revoir sa stratégie.

En effet, en l’absence d’une réglementation claire sur les VTC, le manque de solution de transport en commun, la concurrence de l’informel et surtout des embouteillages monstres à Abidjan, Heetch avait cru trouver un filon intéressant en investissant le segment des mototaxis. Mais après quelques jours de test, l’entreprise est contrainte d’abandonner le projet lorsque les autorités ivoiriennes interdisent les mototaxis à Abidjan, notamment à cause de l’explosion du nombre de mototaxis clandestins. Cette déconvenue a poussé Heetch à surseoir à son déploiement en Côte d’Ivoire et au Sénégal, pour prioriser d’autres marchés tels que l’Algérie qui dispose déjà d’un cadre légal pour les VTC.

La prise de participation d’Africinvest dans Heetch vient donc donner un coup de boost à l’opérateur français, décidé à prendre une certaine avance sur le continent, notamment dans les pays francophones face à un concurrent mondial tel que Uber. L’opération se serait fait à travers un fonds conjointement créé par Africinvest et Cathay Capital, un fonds d’investissement sino-français.

Si Africinvest -implantée en Tunisie et gérant plus de 1,5 milliards de dollars d’actifs- et ses participations sont plutôt connus, le fonds sino-français est inconnu au Maroc et signe là une première sur le marché marocain, à travers la maison-mère de Heetch. Il a été créé en 2008 par le groupe chinois The Cathay Funds de l’homme d’affaires chinois Mingpo Cai et le français Edouard Moinet. Récemment, Africinvest et Cathay Innovation avaient décidé de s’allier pour créer un fonds doté de 150 M€.

Ce fonds vise des entreprises innovantes, démontrant une forte croissance en Afrique tout en étant ouvertes à l’international. Cathay Capital gère plus de 2,5 milliards d’euros d’actifs avec des investissements dans quelque 70 entreprises.

Soumayya Douieb

Étiquettes , , , ,

Related posts

*

*

Top