Benchekroun invite la Cour des Comptes à élargir son contrôle à l’ensemble des institutions étatiques

Dans sa réaction au rapport de la Cour des comptes, le député du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), Jamal Krimi Benchekroun, a estimé que le travail effectué par la Cour et ses rapports doivent être imprégnés d’objectivité, de crédibilité et s’éloigner de toute subjectivité.

Dans son intervention lors de la séance plénière de la chambre des Représentants, consacrée au débat sur l’exposé du Premier président de la Cour des Comptes, Driss Jettou, Benchekroun a déclaré que ces rapports  constituent une opportunité d’évaluation qui répond aux exigences constitutionnelles en la matière.

Intervenant au nom du Groupement parlementaire du Progrès et du Socialisme (GPPS) lors de la séance du 26 juillet dernier, le député a mis l’accent  sur le fait que le PPS souhaite que ces rapports contribuent à la concrétisation  du projet de développement escompté sur tous les plans dans un esprit de complémentarité et d’harmonie entre le Parlement en tant qu’institution de contrôle et les autres institutions  constitutionnelles. «Une relation qui devrait servir l’intérêt suprême de la nation», a-t-il ajouté.

Abondant dans le même ordre d’idées, Benchekroun a, en outre, indiqué que le rapport présenté par Driss Jettou renvoie aux efforts incessants consentis depuis 2011 et ce, à travers des programmes réalistes et des réformes substantielles.

Toutefois, le militant du PPS a estimé que quelle que soit notre orientation politique, il faut admettre que ces efforts demeurent en deça des attentes des citoyens.  En effet, le plus important pour lui, c’est que chacun, à travers son prisme et son référentiel, puisse évaluer l’action des institutions constitutionnelles selon une démarche objective voire critique dans certains cas afin de promouvoir le développement du champ politique conformément aux dispositions de la Constitution du Royaume.

Jamal Benchekroun a convié la Cour des comptes à étendre son action à toutes les institutions et tous les secteurs dans le cadre de ses attributions de contrôle financier. Il a aussi précisé que le GPPS est conscient du rôle stratégique que remplit cette institution, notamment en matière de détection des dysfonctionnements dans le cadre de l’exécution des budgets des institutions de l’Etat. En des termes plus clairs,  le travail déployé par la Cour des comptes «pourrait  servir de référence à l’institution législative quant au contrôle de l’action gouvernementale», a-t-il précisé.

En plus,  Benchekroun s’est arrêté dans son intervention sur les secteurs sociaux les plus prioritaires et à leur tête, celui de l’éducation et de la formation, rappelant dans ce sens que ce secteur figure parmi les priorités de l’agenda du PPS conformément à son référentiel politique. Pour ce faire, a-t-il ajouté, il faudra mettre en place  une stratégie constructive dotée d’objectifs clairs dans le cadre de la justice sociale et d’une répartition équitable des richesses.

Autrement dit, pour le député du PPS, le bon sens recommande de mettre en place une stratégie de bonne  gouvernance visant la consécration du principe de la transparence au sein des établissements publics permettant l’accès à l’information économique et financière et une interaction positive entre l’ensemble des institutions de l’Etat.

(GPPS)

Related posts

*

*

Top