«La dévalorisation de l’action politique produit des effets négatifs»

Mohamed Nabil Benabdallah à Errachidia et Boulmane

Le choix du thème «Un souffle démocratique nouveau», comme slogan pour le 10 e Congrès du national, prévu les 11, 12 et 13 mai prochain, émane de l’analyse effectuée par le Parti quant à la situation actuelle qui demeure préoccupante, a souligné Nabil Benabdallah, Secrétaire Général du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

Le leader du Parti du Livre, qui est intervenu, lors des Congrès provinciaux des Provinces d’Errachidia et de Boulemane qui ont eu lieu, dimanche 22 avril, a indiqué que la dynamique qu’a connue le Maroc depuis les années 2000, sous la conduite de SM le Roi et avec la contribution des forces politiques nationales et qui a permis d’opérer une mutation économique, sociale et politique, connait actuellement une certaine inertie. Et de préciser qu’il faut reconnaitre que le processus de l’édification démocratique connaît des retards, tout en faisant allusion au fait que le pays a besoin d’un nouveau souffle démocratique, à commencer par la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles et le renforcement des rôles des institutions.

En termes plus clairs, l’étape actuelle exige un nouveau souffle, afin de concilier les citoyens avec les institutions et ce en veillant à créer un climat de confiance et crédibiliser le rôle des partis politiques. «La banalisation de l’action politique ne pourrait qu’avoir des effets négatifs qui entravent le développement », a-t-il noté.

Cela étant, un véritable développement est tributaire de l’existence des institutions fortes, notamment celle du pouvoir exécutif ». Autrement dit, «on ne peut pas envisager un gouvernement fort, sans des partis politiques forts, dotés de décisions autonomes», a précisé le dirigeant du PPS. Tout en mettant en garde contre la campagne menée contre les partis politiques que ce soit au niveau des réseaux sociaux et certains supports médiatiques, Benabdallaha prévenu contre ces campagnes visant à créer un climat de désespoir qui ne peut que déboucher sur le «vide politique ».

D’ailleurs, l’ensemble des protestations menées par les citoyens, revendiquant l’amélioration de leurs conditions sociales n’est en effet que la conséquence de la dévalorisation des efforts consentis par les élus qui font face à des campagnes de rumeurs véhiculées par certains milieux.

Tout en soulignant la légitimité des revendications des populations de la ville de Jerrada et celle d’El Hoceima et autres régions du pays, le SG du PPS a mis en exergue le rôle rempli par les partis politiques en matière d’encadrement des citoyens ou en ce qui concerne la gestion de la chose locale afin de résoudre les différentes problématiques à caractère social.

Abondant dans le même ordre d’idées, Benabdallah a évoqué la conduite exemplaire des militants et élus du PPS, qui font preuve de sacrifices énormes aussi bien au niveau national que local en s’attachant ardemment à défendre l’intérêt des citoyens.

Le responsable du Parti du Livre n’a pas manqué l’occasion pour évoquer certains problèmes auxquels sont confrontés les provinces de Errachidia et Boulmane, à l’instar des autres régions du Maroc, tels l’Enseignement, la Santé, l’emploi, entre autres. Argument à l’appui, le SG du PPS a fait savoir que 51% des femmes deOutat El Haj sont analphabètes.

Comme quoi, l’heure est à l’action militante afin de corriger les défaillances et la mise en place d’un nouveau modèle de développement à même de satisfaire les revendications des classes défavorisées, via la mise en place de la justice sociale et spatiale et la création et la répartition équitable de la richesse, a-t-il martelé.

***

Driss Boudache réélu secrétaire de la section provincial du PPS à Errachidia

Présidé par le secrétaire général du parti, Mohammed Nabil Benabdellah, et le membre du bureau politique Abdeslam Seddiki, le Congrès de la section provincial du Parti du socialisme et du progrès (PPS) à Errachidia a renouvelé sa confiance en la personne de Driss Boudache en tant que secrétaire de la section provinciale du PPS à Errachidia.

Le congrès a également approuvé la désignation des délégués qui devront représenter les sections locales au 10ème Congrès national ainsi que les représentants et représentantes de la province au sein du Comité central du parti (qui seront élus) pour le prochain mandat.

Dans ce contexte, le secrétaire de la section provinciale, Driss Boudache, a indiqué que les militants et militantes du PPS n’ont pas cessé de faire des sacrifices dans les différentes régions du Maroc et n’ont ménagé aucun effort pour la défense des causes des citoyens et citoyennes et les sensibiliser par rapport au projet politique de gauche que le parti porte (porté par le parti).

«Les militantes et les militants du PPS à Errachidia continueront à porter le flambeau progressiste et la pensée politique progressiste pour la défense des cause de la province et de sa population», a-t-il affirmé.

Dans ce sens, il a salué « le soutien  offert par la direction du parti aux militants et militantes des bases à travers l’écoute de leurs doléances et le plaidoyer pour celles-ci au niveau national».

Pour sa part, le vice-président de la région de Daraa-Tafilalet et ancien député PPS d’Errachidia, Omar Ezzaim, a souligné que le PPS à travers ses militants et militantes a consenti d’énormes sacrifices pour la défense des causes du peuple et de la patrie.

La section provinciale de Boulemane renouvelle sa confiance en Mohamed Idrissi

Le Congrès provincial de Boulemane, tenue dimanche soir sous la présidence du secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Mohammed Nabil Benabdallah et des membres du bureau politique Abdeslam Seddiki, Charafat Afilal, Said Fekkak et Abdeslam Bekkali a renouvelé sa confiance en la personne de Mohamed Idrissi en tant que secrétaire provincial.

Il a également élu, lors d’une réunion organisationnelle tenue à huis clos, les délégués devant représenter les sections locales au 10ème Congrès national ainsi que les représentants et représentantes de la province au sein du Comité central du parti (qui seront élus) pour le prochain mandat.

Cette rencontre, à laquelle ont pris part des instances politiques de la province, des représentants des syndicats et de la société civile et qui a connue une participation massive des citoyens comptés par des centaines, a été marquée par un débat intense sur la situation de la province de Boulemane et des provinces y relevant. Ainsi, le député PPS de la province à la première chambre, Rachid El Hammouni, a fait un long exposé à travers lequel il a énuméré un certain nombre des problématiques dont souffre la province.

Rachid El Hammouni a indiqué, lors de la rencontre inaugurale du congrès, que les communes et localités de la province (Missour, Outate El Haj et Boulemane) vivent une situation de marginalisation et l’exclusion sur plusieurs niveaux que ce soit en termes d’infrastructures ou encore en ce qui concerne les services publics.

Il a, dans ce sillage, insisté à souligner que «le problème ne réside pas dans un manque de moyens, qui sont abondants aux niveaux quantitatif mais aussi qualitatif, mais dans la gouvernance». Nous avons on ne peut plus de transformer ces potentialités en des richesses capables d’impulser un véritable essor économique permettant l’amélioration de la situation de la province et des conditions sociales de sa population et celle de l’ensemble des régions avoisinantes.

Related posts

*

*

Top