En finir avec la cigarette

Le mois de Ramadan est une période de prières, de partage, de spiritualité. C’est l’occasion de se remettre en question et parallèlement de laisser tomber certaines mauvaises habitudes nuisibles à la santé, parmi lesquelles le tabagisme.

Evoquer la question du tabac et ses effets sur la santé des fumeurs pendant le ramadan revêt une importance capitale. Le Maroc compte 3,1 millions de fumeurs. Cette révélation émane de l’étude réalisée par l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’Université de Washington nord-ouest, en 2012, dans 187 pays du monde. De cette étude, il ressort qu’au Maroc, 3,1 millions de personnes ont flirté avec la cigarette en 2012. Les taux de prévalence varient selon l’âge et le sexe. Chez les hommes, la tranche d’âge 35-39 ans regroupe le plus grand pourcentage de fumeurs (45%), suivie de celle des 40-44 ans (43%) et la fourchette d’âge 45-49 ans (37%). L’étude confirme aussi un phénomène préoccupant : le tabagisme juvénile, notamment chez les jeunes dont l’âge oscille entre 30-34 ans (35%) et 25-29 ans (31%). Du côté des dames, la réalité semble différente. Le taux le plus élevé est observé chez les 45-49 ans (1%) et les 50-54 ans (1%). Paradoxalement, le tabagisme est également perceptible chez les septuagénaires (70-74ans) avec un pourcentage de 1,2%. La cigarette touche aussi les jeunes adolescentes de 15 à 19 ans (0,73%), de même que les adultes âgés de 30 à 34 ans (0,5%).

Il est important de rappeler un autre chiffre alarmant : c’est queplus de 15 milliards de cigarettes par an sont grillées par les fumeurs.Ce qui nous permet de comprendre le pourquoi de la hausse des maladies liées au tabagisme. Selon le ministère de la santé, 8 % des causes des décès au Maroc sont liées au tabac, puisque 60.000 personnes meurent prématurément des suites du tabagisme.75% des décès relatifs au tabagisme sont dus au cancer du poumon et 10% à des maladies respiratoires, des maladies cardiaques et vasculaires.

La liste des méfaits et des maladies liées au tabagisme est longue. Ce qu’il faut retenir c’est que ces chiffres sont à revoir à la hausse du fait de la croissance démographique.

Les effets du tabac sur le cœur et le système sanguin

Le tabagisme abîme les parois des vaisseaux sanguins et augmente le risque de dépôts graisseux sur ces parois.Les plaquettes sanguines des fumeurs ont tendance à s’accumuler rapidement, ce qui augmente le risque de formation de caillots sanguins.Après avoir fumé une cigarette, la pression sanguine augmente durant environ 15 minutes.

Fumer réduit le taux d’oxygénation du sang.Au fil du temps, l’accumulation de graisse dans les vaisseaux sanguins peut les rendre très étroits. En conséquence, le cœur n’est plus assez approvisionné en sang riche en oxygène. Cela peut entraîner des douleurs ou une gêne dans la poitrine (angine).

Le risque de caillot est également plus élevé chez les fumeurs. Lorsqu’un caillot se forme dans un vaisseau sanguin déjà rétréci, il peut totalement bloquer la circulation et causer une crise cardiaque. Lorsque cela arrive au niveau du cerveau, on parle d’attaque vasculaire cérébrale (AVC).

Les artères des jambes peuvent aussi être encombrées par des dépôts graisseux. Des douleurs peuvent alors apparaître dans les jambes après quelques minutes de marche, car les muscles ne sont pas suffisamment approvisionnés en oxygène. Les personnes touchées par ce problème doivent souvent marquer des pauses lorsqu’elles marchent.

Enfin, la fumée de tabac contient du monoxyde de carbone, un gaz nocif. Il prend la place de l’oxygène dans les globules rouges, ce qui diminue leur capacité à transporter l’oxygène dans le corps.

Chez les fumeurs, l’oxygénation des cellules est donc trop faible. La présence de monoxyde de carbone dans le sang augmente fortement le risque d’affections cardiaques (cœur) et cérébrales (cerveau).

Ramadan : une occasion idoine pour arrêter de fumer

Arrêter de fumer est l’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire pour votre santé et le Ramadan est le moment idéal pour arrêter de fumer pour de bon.

Le mois sain est une occasion idoine pour de fumeurs d’arrêter le tabac. Il faut savoir que vous n’êtes pas seul dans ce combat ; d’autres fumeurs animés de volonté ont essayé, ont relevé le défi, et ont réussi à ne plus fumer après le ramadan. La question qui se pose aujourd’hui : pourquoi pas vous ?

Il suffit que vous soyez décidé à aller de l’avant, à vous débarrasser de cette habitude nuisible, que vous soyez animé d’une réelle volonté de cesser définitivement de vous adonner à cette pratique nocive, pour vous-même, vos proches, votre porte monnaie…

Oui, il ne fait aucun doute que le mois sacré de ramadan est une période propice pour arrêter de fumer. Vous pouvez arriver, vous pouvez réussir. Ce n’est pas difficile, vous arrivez à vous abstenir du lever du soleil au coucher de soleil.

Alors pourquoi ne pas continuer cette abstinence de fumer après la rupture du jeûne d’autant plus que dans la journée, en ne fumant pas, on ferme progressivement les récepteurs cérébraux à la nicotine.

Saisissez la chance qu’offre le mois sacré de Ramadan pour décrocher. Il suffit de vouloir mettre un terme à cette pratique. Le rêve peut devenir réalité, avec un peu de volonté, un désir ardent d’en finir une bonne fois pour toutes avec ce poison, et surtout ayez toujours présent à l’esprit que vous n’êtes pas seul dans ce combat. Il y a votre famille qui vous aime, vos enfants qui désirent par-dessus tout leur père, que vous soyez toujours en bonne et parfaite santé, vos amis aussi, et bien entendu vos collègues de travail non fumeurs.

Les bienfaits de l’arrêt du tabac

Les bienfaits de l’arrêt du tabac sont très nombreux. Au-delà de l’argent que vous allez économiser, votre capital santé va grandement s’améliorer.

Après 20 minutes : la pression sanguine et le rythme cardiaque reviennent à la normale.

Après 8 heures : les taux de nicotine et de monoxyde de carbone dans le sang sont réduits de moitié.

Après 24 à 48 heures : le taux d’oxygène est à nouveau dans les normes, le monoxyde de carbone a disparu.

Après 2 à 12 semaines : la circulation s’améliore.

Le souffle commence à revenir, vous toussez moins, vos bronches retrouvent leurs capacités et vous êtes vraiment moins essoufflé, mois fatigué et les activités physiques reprennent doucement.

Après 1 an d’arrêt, le risque de maladies cardiovasculaires est réduit de moitié.

Après 15 ans, le risque est identique à celui de quelqu’un n’ayant jamais fumé.

Les risques liés au cancer du poumon diminuent, l’espérance de vie augmente.

En conclusion, il faut savoir qu’il n’y a pas de recette miracle, de méthode efficace à 100 % pour décrocher. Arrêter de fumer demande de la volonté, avoir confiance en soi  et croire en  ce que vous faites. Il faut toujours avoir présent à l’esprit que chaque jour sans cigarette sera pour vous une victoire, une fierté personnelle, un cadeau à vos proches et également un bénéfice pour votre santé.

Si vous prenez cette sage et courageuse décision, il est préférable pour vous d’éviter au maximum les fréquentations avec les fumeurs, car les tentations sont grandes, énormes en présence de vos amis qui grillent des cigarettes et dans de telles conditions, la rechute est inévitable.

Ouardirhi Abdelaziz

Related posts

*

*

Top