Le cyclisme marocain peut y croire pour l’avenir

Le cyclisme marocain nourrit de belles ambitions pour les prochains rendez-vous internationaux à la faveur de la prestation brillante de ces jeunes talents lors de la 9ème édition du Challenge international du Sahara marocain, inscrite dans le calendrier de l’Union cycliste internationale (UCI) Africa Tour.

Cette compétition, organisée par la Fédération royale marocaine de cyclisme (FRMC), a permis à un nombre de coureurs marocains de mettre en évidence leurs atouts et de tenter de trouver une place de choix sur la scène sportive continentale, voire mondiale. Dès son début il y a quelques années, cet événement s’annonçait de bon augure pour le cyclisme marocain, surtout pour les jeunes coureurs qui ont pu marquer de leur empreinte ses différentes éditions.

Et Hakima Baghraoui, qui a décroché le titre du Challenge dans la catégorie Espoir avant de remporter la médaille d’or lors du championnat d’Afrique de cyclisme sur piste à Casablanca, en est l’éloquente illustration.

Bien que Adil El Arbaoui et Youssef Bdadou aient terminé aux 4ème et 5ème places cette année, ces deux jeunes ont démontré qu’ils recèlent des motifs d’espérer pour les futures manifestations internationales.

D’autant plus que l’édition 2019 du Challenge international du Sahara marocain a réuni, du 22 au 24 juin dernier, plusieurs cyclistes avérés en provenance d’Allemagne, Turquie, Afrique du Sud, Espagne, Norvège, Portugal et Mauritanie.

Cette manifestation a été donc une aubaine pour les coureurs marocains en vue d’améliorer leur classement mondial et de peaufiner leurs prestations, a déclaré le président de la FRMC, Mohamed Belmahi.

D’après lui, cette compétition a contribué « à élargir la base des pratiquants du cyclisme, à amener davantage de jeunes des provinces du Sud à pratiquer ce sport qui ne cesse de gagner en popularité et de faire connaître les atouts et potentialités touristiques dont regorgent les provinces du Sud du Royaume ».

Il s’agit également de découvrir de nouveaux jeunes talents issus du Sud marocain, a relevé M. Belmahi, notant que le succès de cette édition a démontré la capacité des dirigeants de ce sport au niveau local à organiser les grands rendez-vous sportifs internationaux dans de bonnes conditions.

« Les provinces du Sud peuvent être fières de leurs ressources humaines prometteuses et compétentes dans toutes les disciplines sportives », a fait remarquer le président de la FRMC, qui a salué l’engagement des autorités locales, des conseils élus, des institutions économiques nationales et des acteurs associatifs en faveur du bon déroulement du Challenge international du Sahara marocain, initié en partenariat avec la Ligue du Sahara de cyclisme.

Il a en outre fait savoir que la Fédération prévoit l’organisation des sessions de formation, la création de nouveaux clubs, ainsi que la promotion de la participation des générations montantes aux diverses compétitions nationales pour la vulgarisation de la pratique de ce sport au Maroc, rappelant que ces actions s’inscrivent dans le cadre des stratégies de la FRMC et des plans d’action du ministère de la Jeunesse et des Sports visant la mise en œuvre de la régionalisation avancée.

De son côté, Mustapha Najjari, directeur technique du Challenge, avait relevé que la lutte pour le titre s’annonçait très serrée durant les trois étapes de cette compétition, à savoir Boucraâ-Laâyoune (106 km), Laâyoune-Tarfaya (112km), et El Marsa-Boujdour (162 km).

A ce propos, il avait indiqué que les parcours difficiles et les forts vents contraires avaient compliqué la tâche des cyclistes.

A rappeler que le cycliste sud-africain Basson Gustav a remporté cette 9ème édition du Challenge international du Sahara marocain, en devançant au classement final le Turc Ozgur Butuhan, tandis que l’Allemand Keller Hermann a complété le podium.

Ismail Lamrani (MAP)

Related posts

*

*

Top