Les Bourses et la croissance économique

Cette semaine, nous nous attardons sur les prévisions de croissance économique, qui nous intéressent doublement. En effet, la conjoncture économique mondiale, agit sur la demande adressée au Maroc et donc sur sa propre croissance.

Aussi, la nature de la croissance économique va déterminer la politique des principales banques centrales, agissant sur les marchés boursiers et sur les taux de change.

Ainsi, selon les dernières prévisions de l’OCDE, l’économie mondiale progressera au rythme de 3,3% en 2019, et de 3,4% en 2020. Les perspectives et projections dévoilées sont en baisse de respectivement 0,2 points et 0,1 points. Pour rappel, en 2018, la croissance mondiale est estimée à 3,6%. Cette révision est expliquée par le ralentissement économique en Chine et en Europe, ainsi que par la faiblesse des échanges mondiaux.

Aussi, la BCE a confirmé que la croissance en zone euro est en décélération, avec une prévision de 1,1% en 2019 au lieu de 1,7% selon sa précédente estimation publiée en décembre. Pour le moment, les prévisions de croissance du Maroc n’ont pas été changées, avec un niveau attendu de 3,3% en 2019, selon le FMI.

Par ailleurs, même si les marchés boursiers ont été déçus par ces annonces, tout n’est pas nor car cette nouvelle donne incite les banques centrales, à maintenir une orientation accommodante, comme le montre la volte-face de la FED ainsi que l’annonce par la BCE d’un maintien jusqu’à 2020 de ses taux nuls.

D’ailleurs, les marchés boursiers gardent une tendance globalement haussière pour ce début 2019, y compris dans les marchés frontières et émergents, soulagés par la pause attendue dans les taux US. Malheureusement, la Bourse de Casablanca, n’a pas profité de ce mouvement, à cause de la désaffection des particuliers et de l’absence de catalyseur au niveau des étrangers.

Related posts

*

*

Top