Les paris de la région Souss Massa!

Il ne fait pas de doute que l’adoption du concept de la région est aujourd’hui un choix stratégique, pleinement conforté parla constitution de 2011. Cette nouvelle vision consiste à mettre en place des entités intégrées et équilibrées en potentialités et ressources, à même de leur permettre de s’atteler à leurs rôles de développement, en tant qu’acteur économique et social.

Le pari sur la régionalisation est celui de l’essor durable, en direction du renforcement de la gouvernance territoriale, par le biais de programmes appropriés en vue de remédier aux disparités sociales et spatiales, d’asseoir un climat idoine pour les initiatives locales créatives en termes d’investissement et de productivité.

De même, la régionalisation représente, sans doute, le cadre adéquat pour mettre les spécificités culturelles au cœur du projet d’expansion et de l’activation de la démocratie de proximité, par le truchement des institutions régionales et locales, porteuses de larges prérogatives, fondées sur la concertation, la gestion participative, la coopération et la contractualisation. Il est donc évident que la régionalisation joue un rôle capital en tant que passerelle entre le nord et le sud du royaume, du fait qu’elle regorge de particularités naturelles diverses et d’infrastructures de base et de réalisations structurantes. Ce qui contribue foncièrement à l’opium de la compétitivité de la région dans nombre de secteurs névralgiques.

Ceci étant, la région Souss Massa, de par toutes ses caractéristiques variées et cohérentes, participe à plus de 7% du produit interne brut (PIB), avec 9% pour le secteur agricole et 30% pour les pêches maritimes. En plus, il est constaté que la région renferme environs 440 unités industrielles, réalisant plus de 10,5 milliards de dirhams de revenus, sans parler d’importantes structures  d’accueil touristique, conférant à sa capitale, la seconde destination du pays…Si toutes ces performances ont pu se concrétiser, par la conjugaison des efforts déployés par les différents intervenants au niveau du territoire de la région, chose qui incite à la mise en œuvre des multiples stratégies et d’actions de développement sectoriel, il va sans dire également qu’il est nécessaire de mettre en avant davantage d’approches novatrices, successibles de transcender les contraintes qui persistent encore sur le territoire de la région.

En fait, il s’avère clair que parmi les défis majeurs qu’affronte le développement régional, c’est incontestablement la capacité d’accompagner la croissance démographique et urbanistique de plus en plus, grandissante dans la région en question, en matière de la mise en place constamment des cadres de vie décents, de nature à assurer l’intégration et la cohésion sociale, ainsi que les zones des activités économiques, permettant l’adoption des flux constants des demandeurs d’emplois. Ce qui amène à dire que cette démarche ardue ambitionne, en fin de compte, de mettre un terme aux inégalités territoriales entre les zones côtières et continentales d’une part, et les régions oasienne et montagneuse d’autre part. Ce qui permet de réaliser le développement humain pérenne, d’autant plus que les provinces de la région continue à pâtir en termes de pauvreté et précarité, dépassant la moyenne nationale.

Related posts

*

*

Top