PIB national: Casablanca-Settat contribue avec 26,5%

La région du Grand Casablanca-Settat qui a été créée en 2015 après le nouveau découpage territorial des régions, elle s’étend aujourd’hui aux provinces d’El Jadida et de Sidi Bennour de l’ancienne région de Doukkala- Abda ainsi que les provinces de Settat, Benslimane et Berrechid de l’ancienne région de Chaouia-Ouardigha. La région présente le premier pôle industriel du Maroc.  Son activité économique est tournée principalement vers le secteur industriel. C’est aussi l’une des plus grandes des agglomérations du Maghreb et la première place financière d’Afrique du Nord.

En termes de population, la région reste la plus peuplée (6,86 millions d’habitants)  et la plus urbanisée, soit 2,7% de la superficie totale du pays, indique une étude sur les profits régionaux réalisée par la direction des prévisions et des études économiques.

La région affiche le taux de pauvreté le plus bas à l’échelle nationale

La région de Casablanca Settat se positionne au 1er rang à l’échelle nationale, en termes de création de richesses soit 281,4 milliards de dirhams en valeur. Casablanca, a elle seule, participe à hauteur de 57,8% de la richesse nationale.

Le secteur secondaire représente 51,8% de la valeur ajoutée de la région notamment les activités liées à l’industrie manufacturières. Le secteur tertiaire se place au second rang soit 44% de la VA régionale. Le secteur primaire génère quant à lui 4,2% de la valeur ajoutée de la région en 2016 et contribue pour 8,2% à la richesse nationale du secteur primaire.

Néanmoins, le taux de chômage de la willaya de Casablanca s’est situé à 10,4%. Le niveau de chômage le plus faibles est enregistré à la province de Settat et Sidi Bennour avec respectivement  soit 3,4% et 4,9%.

La région, enregistre le 2ème taux de pauvreté le plus bas au niveau national (2,6% contre une moyenne nationale de 4,8% en 2014).  De même, le taux de vulnérabilité de la région est le plus bas que la moyenne nationale (8,1% contre 12,5% en 2014).

La population de la région est passée d’un effectif de 5,89 millions de personnes en 2004 à 6,86 millions personnes en 2014, soit un taux de croissance annuel moyen de 1,5% supérieur à la moyenne nationale (1,2%) sur la période 2004-2014, note l’étude.

Concernant le  taux d’urbanisation de la région du Grand Casablanca, il a atteint 73,6%, soit un niveau supérieur à la moyenne nationale (60,3%). La région est la plus dense au Maroc avec 339,5 habitants/km², soit plus de 7 fois la moyenne nationale (47,6 hab/km²).

L’espérance de vie à la naissance à Casablanca-Settat a augmenté de 72,9 ans en 2004 à 76,2 ans en 2012, soit un niveau supérieur à la moyenne nationale (71,7 ans en 2004 et 75,1 ans en 2012). Mais, le taux de mortalité maternelle reste préoccupant dans la préfecture de Casablanca avec 106,6 cas enregistrés pour 100.000 naissances.

La superficie de la région couverte par les forêts a atteint près de 64.047 ha, représentant ainsi 3% du territoire régional, soit un niveau parmi les plus bas en matière de disponibilité d’espace forestier.

Effort important en matière d’investissement public

Un montant d’investissement prévisionnel des EEP de 35,3 milliards de dirhams en 2019 a été octroyé à  la région, soit 36% des investissements prévus par ces entreprises au niveau national, ce qui positionne la région au 1er rang.

Plus de la moitié du foncier est mobilisé dans la région pour des projets dans le secteur du tourisme soit 54%. S’en suit le secteur de l’agro-industrie (29%), l’habitat (9%), l’enseignement et la formation (6%) et le commerce et services (3%).

Fairouz El Mouden

Related posts

*

*

Top