Amina Rachid, la doyenne des comédiennes honorée à Harhoura

Les pieds dans l’eau, les amoureux du 7ème art renoueront  avec le festival ciné-plage de Harhoura qui fête cette année du 23 au 27 juillet 2019 à la plage Sid El Abed à Harhoura, ses 4ans d’existence. Comme à l’accoutumée des projections en plein air sont programmées dans une ambiance cinématographique estivale et conviviale.  Pour  cette édition, 6 films seront en lice pour décrocher le grand prix du festival, ainsi que le film qui ouvrira le bal de la manifestation cinématographique.

Que dire du ciné-plage Harhoura? C’est un festival ouvert sur la ville. Plusieurs espaces y sont consacrés. Son public est essentiellement  formé des jeunes. C’est pour cette raison que l’Association marocaine des arts sans frontières (AMAF), organisatrice de l’événement, s’ouvre de plus en plus sur les férus de l’image et  du cinéma en organisant des activités en marge du festival. Parmi lesquelles, des ateliers de scénario, réalisation et acting, encadrés par des réalisateurs, des comédiens et des experts dans l’art et la culture, des conférences et bien d’autres.

L’objectif visé à travers cela est la sensibilisation et  la formation des jeunes dans le domaine. Ils sont bien évidemment la relève de demain. Par ailleurs, les hommages seront un des moments forts de cette édition en braquant les projecteurs sur l’un des beaux parcours et prolifiques du 7ème art national, Amina Rachid, qui est l’une des pionnières du cinéma, du théâtre  et de la télévision marocaine.

En  1975,  elle a commencé sa carrière dans le domaine du cinéma  en jouant pour la première fois dans le long métrage du réalisateur Abdellah Mesbahi, «Demain, la Terre ne changera pas». D’autres rôles viendront des années plus tard. C’est en 1993 qu’elle incarne un beau rôle, très marquant d’ailleurs, «Lalla Hobbi» dans le film à succès  de Mohamed Abderrahman Tazi, «à la recherche du mari de ma femme». Une œuvre cinématographique ayant marqué le cinéma national dont le public ne se lasse pas de regarder.

Après 4 ans environ, elle joue dans la suite de ce film  «Lalla Hobbi»  du même réalisateur. La carrière cinématographique d’Amina Rachid est riche, dense et singulière par le fait que, l’artiste ne se répète pas dans son jeu et ses rôles interprétés dans les films précédents. Elle s’inscrit dans une logique de dépassement et de défi afin de présenter le meilleur à son grand public.

Aussin elle a joué surtout dans les films comme  «Brahim Yach» du réalisateur et comédien Nabil Lahlou,  «La vie d’une rose» d’Abdelamajed Rechiche «La rue du Caire» d’Abdelkader Derkaoui, «Ruses de femmes» de Farida Belyazid  et  «Voleurs de rêves», «Destin de femmes», «Elle est diabétique et hypertendue et refuse de crever » de Hakim Noury.

D’autres hommages seront par ailleurs rendus  aux actrices  Majdouline Idrissi et Saïda Baâdi en reconnaissance à leurs parcours artistiques et cinématographiques. Pour ce qui du jury de cette édition, il sera présidé par le poète et écrivain Salah Al Wadie qui  sera accompagné par le réalisateur Ahmed Rachdi, la comédienne tunisienne Fatima Saidane, la comédienne marocaine Rawia et  le directeur du festival d’Alexandrie Amir Abadah. Cette année encore le festival partira à la rencontre  du public de Tamesna à travers une programmation riche en projection pour le bonheur des festivaliers.

Mohamed Nait Youssef

Related posts

*

*

Top