Aziz Maouhoub: le talentueux…

On se souvient encore de son départ définitif. C’était un dimanche, dans la ville du Détroit. A la fin d’une projection d’un film dans le cadre du festival national du film de Tanger (2019), la mort d’Abdelaziz Boualil alias Aziz Maouhoub a été annoncée. Un jour triste ! L’artiste est décédé le jour de son anniversaire à 81 ans.

Aziz Maouhoub a consacré une grande partie, voire toute sa vie à l’art et au  théâtre, son premier amour. Il a brillé de mille feux sur scène en compagnie d’une pléiade de comédiens doués dont Mohamed El Jem, Nezha Regragui, Malika El Omari…et la liste est longue.

Incontestablement, il portait bien ce nom de scène «Maouhoub» : talentueux!  Il avait un charisme, une grâce, une présence, une posture et un talent qui l’ont accompagné dans la réussite de sa carrière aussi riche que dense.

Un long parcours, toute une vie offerte aux planches, à l’écran, au public. Le comédien a consacré plus d’un demi-siècle de travail acharné, colossal -ô combien harassant, amusant et important !- pour dessiner un sourire sincère et laisser une merveilleuse sensation dans les mémoires et les esprits de son public et ses admirateurs.

C’est dans la ville de Marrakech qu’Aziz vit le jour. Une ville où les arts et les spectacles occupent une place importante avec les chants, le Zaajal, la musique et les spectacles joués, à la place mythique, Jemaa el-Fna.

 En 1962, il décroche son diplôme de l’École des acteurs et du théâtre avant de s’aventurer et se lancer dans le monde de l’art, plus précisément le théâtre. Un visage très connu du grand public marocain, l’artiste  a été, entre autres, l’un des militants ayant contribué à la création du Syndicat national des professionnels du théâtre qui porte aujourd’hui le nom de «Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques». C’était au temps où le théâtre marocain commençait à se structurer et s’ouvrir sur les autres formations et écoles théâtrales mondiales.

Aziz Maouhoub a tout donné à la scène. Il y’ a apporté sa propre touche et son jeu empreint d’humanisme et de sincérité. «Ssi Aziz Maouhoub est un grand artiste avec son art, son humanisme et ses valeurs !», témoigne la comédienne et actrice, Latefa Ahrrare après l’annonce de son décès. «C’était un artiste talentueux et sincère dans ses rôles dans le théâtre comme dans la télévision et le cinéma», déclarait pour sa part le dramaturge et président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques, Bouhcine Messaoud.  Avec sa mort, la troupe du «Théâtre national » et sa pièce fétiche «Ja Ou Jab» ont perdu un pilier qui a œuvré pendant plus de 30 ans.

Dans ses débuts, le public l’a découvert dans la pièce «Lbida f tass» écrite par Abdelkarim Chedadi.

A travers le grand et le petit écran, Aziz a eu une place si particulière dans le cœur et l’imaginaire des Marocains, notamment à travers les séries comme la fameuse série «Men dar l’dar», «Chajart zawiya»,  «Khat rajâa», «Sass». Dans le théâtre comme le cinéma, le défunt s’est fait connaitre par sa maîtrise de ses rôles, son enthousiasme, son charisme, mais aussi son sourire serein. Homme aux multiples talents, Maouhoub a été décoré par Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Wissam Al Moukafaa Al Watania de 2e classe (Commandeur) en  2015. Un artiste hors norme!

Mohamed Nait Youssef

Related posts

*

*

Top