Cinq décès confirmés

Après cinq décès confirmés au Maroc, la grippe A H1N1 commence à attiser de réelles inquiétudes. Les décès ont été constatés au niveau des structures publiques et privées et ont concerné principalement des personnes vulnérables, a indiqué jeudi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali.

Appelant au calme et annonçant «que l’apparition de la grippe saisonnière type A (H1N1) dans le Royaume demeure un fait normal», le ministre a affirmé lors d’une conférence de presse que «le système national de veille et de surveillance épidémiologique enregistre annuellement, comme dans les autres pays, des cas de contamination par ce virus lors de la saison hivernale».

De sa part, le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement qui s’est tenu ce 31 janvier s’est exprimé par rapport à ce sujet. El Khalfi a également souligné que «les analyses des données cliniques et virologiques des syndromes grippaux et des infections respiratoires aiguës sévères ont démontré que la situation au Maroc est similaire à celle observée à l’échelle internationale».

Ainsi, il a fait état de la mobilisation du ministère de la santé qui permet d’assurer la surveillance épidémiologique du syndrome grippal dans le secteur public. Un mécanisme mis en place depuis 2004. Dans une déclaration à la MAP, le ministre de la Santé Anas Doukkalia souligné que le ministère de tutelle « continue au quotidien d’assurer une veille épidémiologique au niveau des 375 centres de santé pour suivre l’évolution de la grippe », a-t-il rassuré, affirmant que jusqu’au 31 janvier, cette évolution « a été normale par rapport aux années précédentes ».

Par ailleurs, lors du conseil du gouvernement, El Khalfi a mis en avant le dispositif de communication stratégique mis en place par le ministère de la santé lancé à travers les différents supports médiatiques dans le but de sensibiliser l’opinion publique à l’importance de la vaccination comme outil de prévention contre le virus.

Ainsi, Doukkali a noté que le ministère de la Santé recommande aux personnes âgées, aux enfants entre 6 mois et 5 ans, aux femmes enceintes, aux personnes souffrant de maladies chroniques, de diabète, d’hypertension artérielle, de maladies cardiovasculaires et d’insuffisances rénale et respiratoire de se faire vacciner contre la grippe, notant que la campagne initiée à l’automne étant toujours de mise. Il a également invité les personnes ayant attrapé la grippe, et dont la situation peut se compliquer, à « consulter, le plus tôt possible, au niveau des cabinets, des centres de santé et des hôpitaux les plus proches ».

Zaynab Dhimene

Related posts

*

*

Top