Clôture en musique de la 9e édition du festival international Jawhara

Le rideau est tombé, dimanche 4 août, sur la 9ème édition du festival international Jawhara.

En effet, l’événement qui a démarré vendredi dernier a été marqué par une série d’activités musicales et artistiques ayant meublé les trois scènes d’El Jadida, Azemmour et Bir Jdid.

La clôture était été diversifiée entre le Ray, la chanson marocaine et le Rap et Chaabi. Sur la scène d’El Jadida qui a drainé un public de tous les âges et de toutes les régions, les deux chanteurs Ibtissam Tiskat et Cheb Bilal ont livré un concert musical pour le plaisir des festivaliers et les fidèles du festival de Jawhara. La scène était archicomble et les marées humaines ont dansé sur les chansons notamment «hana kima ha», «les jaloux».

Sur les autres scènes à savoir celles d’Azemmour, se sont les chanteurs Hamid VFF et le chanteur Tahour qui a remplacé Adil El Miloudi; qui ont partagé des moments musicaux pleins de joie, de danse et de rythmes. Cette édition encore, la ville de Bir Jdid a eu sa part de la programmation musicale qui a été aminée par une pluie d’artistes entre autres Hamid El Mardi, Abdellah Daoudi et Mr Crazy et Saida Charaf  qui ont clôturé en beauté les concerts de cette scène.

Au-delà de la musique  et des scènes, le festival s’est ouvert sur d’autres espaces des trois villes en offrant à la population, aux estivants et aux visiteurs de la ville une offre artistique variée et diversifiée entre le théâtre de rue, les arts plastiques, les rencontres autour du livre et de la littérature, des activités sportives.

A la cité portugaise, au cœur de la ville, les amoureux de la peinture, des couleurs et des arts ont dégusté des toiles qui ont été accrochées dans les deux galeries portant les noms de deux figures emblématiques du paysage artistique et culturel national à savoir Chaibia Talal et Abdelkabir Khatibi. Deux événements artistiques qui ont été initiés par les deux associations «Pact’art» et «Galerie d’Arts pour l’expression et le patrimoine» et qui ont présenté des peintures variant le figuratif, l’abstrait et le portait au plaisir des yeux.

Le festival a mis également la cité au cœur de la manifestation. L’église de l’assomption a abrité la pièce de théâtre «la danse de la mort». Pas loin de la cité, la grande place de Breija a accueilli la pièce «Tamou Moulat Chane». Et ce n’est pas tout !  La lecture a été au rendez-vous lors de cette 9ème édition.  Dans ce cadre, la bibliothèque de la plage de Sidi Bouzid a reçu les écrivains Abdelkarim Jouiti, Jean Zaganiaris, Moustfa Ajmahri et Ouadih Dada.  Des moments livresques et littéraires qui ont permis au public et mordus des lectures estivales de découvrir de près les plumes marocaines.

Mohamed Naît Youssef

Related posts

*

*

Top