Communiqué du bureau politique

Le PPS appelle avec insistance le gouvernement à plus de présence politique et de proximité avec les citoyens

Le Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme a tenu, mardi 12 juin 2018, sa réunion périodique avec à l’ordre du jour l’analyse des développements de la situation nationale sous ses différents volets et la poursuite de l’examen de la méthode de travail du Bureau politique du parti durant le mandat actuel.

Au début des travaux de cette réunion, les membres du Bureau politique ont examiné l’ensemble des développements que connait la scène nationale aux plans politique, économique et social, aussi bien en ce qui concerne l’action gouvernementale et le rendement parlementaire que l’action des partis de la Majorité gouvernementale, et ce en rapport avec la campagne de boycott, tout en ayant à l’esprit les conditions de vie de larges couches des masses du peuple marocain et de leurs besoins en amélioration, en  développement et en justice sociale et spatiale véritable qu’il est nécessaire d’assoir.

A l’issue d’un riche débat exhaustif à ce sujet, en se basant sur un rapport présenté par le Secrétaire général du parti, le Bureau politique souligne que la situation générale dans notre pays n’est guère satisfaisante. L’on est en face d’une véritable confusion quant à la manière de traiter cette situation et les revendications pressantes exprimées qui ne supportent guère de tomber dans des surenchères sans valeur ou dans des réactions subjectives erronées. Ce dossier requiert surtout des composantes de la Majorité gouvernementale du courage, du sérieux et de la responsabilité, ainsi que de la prise d’initiatives susceptibles de réagir positivement et de manière responsable avec les expressions politiques et sociales émanant de milieux populaires différents.

Partant delà, le Bureau politique a réitéré l’appel dont il a fait le mot d’ordre du dixième congrès national du Parti du progrès et du socialisme, qui souligne la nécessité d’insuffler « un souffle démocratique nouveau », fort dans le processus des réformes pour s’assurer l’ouverture de nouvelles perspectives qui permettent aux citoyennes et citoyens de retrouver la confiance en ce processus et de se mobiliser pour contribuer à la concrétisation des réformes de base qui assurent la possibilité de renforcer l’édification démocratique et d’aller de l’avant dans la mise en œuvre du contenu de la Constitution et la réalisation d’une véritable justice sociale qui garantit la vie digne dans le cadre de la liberté et de la stabilité.

La Bureau politique souligne aussi la nécessité pour le gouvernement et les autres parties de la majorité qui le soutiennent, y compris notre parti, d’intensifier la présence politique et la communication avec les citoyennes et citoyens et de prendre les initiatives nécessaires, qui sont susceptibles d’entamer les réformes essentielles, en particulier au niveau de l’élaboration d’un nouvel ordre de développement économique et social et du renforcement de l’Etat de Droit dans le domaine économique à commercer par la mise en œuvre du rôle du Conseil de la concurrence, la lutte contre la monopolisation et la protection des producteurs.

En réaction aux effets du boycott, le Bureau politique insiste sur l’impératif d’accorder de l’intérêt à la situation des petits agriculteurs et des coopératives qui les organisent, de mobiliser les moyens disponibles en toute urgence et de manière exceptionnelles pour soutenir les agriculteurs endommagés en particulier à travers le fonds de développement rural et des zones de montagne et d’adopter une politique publique courageuse pour la promotion de l’économie sociale et solidaire à moyen terme, visant le soutien des coopératives sous leurs différentes formes et agricoles en particulier. Le Bureau politique appelle de même à accompagner effectivement les travailleuses et travailleurs touchés par les effets du boycott, à travers la protection de leur droit au travail surtout et des droits et indemnités garantis par la loi en cas de perte de travail.

En rapport avec le sujet, le Bureau politique estime que le dossier du dialogue social doit bénéficier de la priorité et ce dans la perspective de parvenir à des résultats concrets qui se répercutent positivement sur le niveau de vie des travailleurs, à travers notamment la mise sur pied d’un réseau efficient pour la protection sociale, l’augmentation du revenu et la garantie d’un revenu minimal qui permet de vivre dans la dignité. Le Bureau politique appelle d’exploiter l’occasion d’élaboration du projet de loi de finances pour l’année 2019 pour en faire une étape de couper court avec les précédentes orientations économiques et sociales et d’entamer l’élaboration des réponses possibles aux différentes revendications économiques et sociales légitimes et justes.

En ce qui concerne le débat public autour du thème du modèle de développement, le Bureau politique a approuvé la vision de charger un groupe de capacités et de cadres de peaufiner la conception partisane relative à la question. Il a adopté aussi le projet du programme de communication et de rayonnement visant la discussion de cette vision et de la faire connaitre chez les différents milieux notamment économiques et sociaux et ce dans les plus brefs délais.

Par la suite, le Bureau politique a poursuivi l’examen de la manière d’organiser ses travaux, de sa structuration et de la méthode qui sera poursuivie pour la mobilisation des différentes capacités au niveau du Comité central et des autres organisations partisanes locales et provinciales et des secteurs et organisations parallèles, pour la mise en œuvre optimale du programme de notre parti et de son plan d’action aux plans politique et organisationnel en application des résolutions du dixième congrès national.

En prévision de l’élaboration de cette vision complémentaire, le Bureau politique va organiser deux rencontres d’étude sur la question, la première au profit des membres des bureaux nationaux des secteurs socioprofessionnels le vendredi 06 juillet 2018 et la seconde au profit des premiers secrétaires des sections provinciales et locales le samedi 07 juillet 2018. Le Bureau politique s’attellera aussi à avoir les avis et les propositions des membres du Comité central et ce à travers les voies appropriées.

Le Bureau politique a ensuite passé en revue un programme préliminaire des rencontres de communication ouvertes, qui seront supervisées par des délégations de la direction nationale du parti au cours du mois de juillet prochain comme il appelle l’ensemble des instances du parti et ses organisations locales à prendre toutes les initiatives susceptibles d’organiser et d’accueillir le débat et le dialogue autour des développements que connait notre pays et des initiatives et tâches devant être accomplies par notre parti au cours de cette étape précise que notre pays traverse.

A l’ouverture de cette réunion périodique, le Secrétaire général avait présenté une oraison funèbre à la mémoire de feu le camarade Ahmed Labied, que Dieu l’ait en sa sainte miséricorde, au cours de laquelle il a passé en revue son parcours militant riche et ses qualités de sérieux, de sincérité et de bravoure comme il a exprimé au nom de l’ensemble des composantes du parti les condoléances les plus sincères à la petite famille du défunt et à l’ensemble de ses camarades et amis dans la province de Settat et dans les autres régions du pays. Le Bureau politique s’attellera à organiser avec l’Association démocratiques des élus progressistes, à l’occasion du 40ème jour de sa disparition, une cérémonie d’hommage à la hauteur de la position du défunt.

(B.P. du PPS)

Related posts

One Comment;

  1. Mokhtar Homman a dit:

    « Le Bureau politique appelle d’exploiter l’occasion d’élaboration du projet de loi de finances pour l’année 2019 pour en faire une étape de couper court avec les précédentes orientations économiques et sociales et d’entamer l’élaboration des réponses possibles aux différentes revendications économiques et sociales légitimes et justes. » Couper court avec les orientations précédentes ? Donc le BP considère que les orientations précédentes (donc 2012-18) étaient responsables du fait que « la situation générale dans notre pays n’est guère satisfaisante » ? Mais pourtant le BP s’est félicité à nombreuses reprises de la politique menée par le Gvt auquel il participe activement, en toute loyauté, à l’application de ces « orientations » ! La 4ème résolution du Xe Congrès stipulait que le Congrès  » Exprime son appréciation positive sur le bilan des camarades qui ont eu ou ont la charge, au nom du Parti, de responsabilité ministérielle, aussi bien dans le gouvernement actuel que le précédent et qui ont accompli, ou accomplissent, leurs missions publiques. A l’instar de ceux qui les ont précédés depuis le gouvernement d’alternance démocratique et qui avaient mené leurs tâches, en conformité totale avec les intérêts supérieurs de la patrie et du peuple. » C’est donc que ces « orientations » méritaient les félicitations et étaient conformes avec » les intérêts supérieurs de la patrie et du peuple » ! Ubuesque : le BP se dénonce lui-même et demande à changer la politique qu’il approuve et pratique, en violant la résolution du Congrès juste un mois après ? Violer les résolutions du Congrès commence à être une habitude depuis le néfaste 10 décembre 2011. Bien entendu, cette contradiction reflète celle qui oppose la soi-disante ligne de gauche, avec une pratique politique réelle de droite. Et si le prochain budget ne « coupe pas court », le PPS va-t-il quitter le Gouvernement ? Il est certain que non, l’idéologie dominante étant l’arrivisme et l’opportunisme.

Top