La fin d’une allégorie funeste!

Quand feu Hassan II disait un jour que «notre pays est affligé d’avoir un voisin hostile dans la région», il savait à quel point cette inimitié si farouche allait peiner les rapports de voisinage, durant de longues décennies.

En dépit de toute la bonne foi que le royaume ne cessait de faire montre à son égard, marquée constamment par un soutien indéfectible à son égard, depuis  des lustres, le régime algérien ne voulait rien savoir et tenait à lui fausser compagnie pour de sordides convoitises.

A présent, ses sentiments d’animosité ne font que s’intensifier en vue de se frayer vainement une sortie vers l’océan Atlantique. Pour ce faire, la junte algérienne a monté de toutes pièces une entité fantoche sur son sol, dressée littéralement contre l’intégrité territoriale de notre pays.

Cependant, au fil du temps, elle se heurtait à la persévérance d’une Nation acquise à sa cause nationale, confortée par la justesse de ses thèses irréfutables, mais également par l’acceptation de la communauté universelle. Aujourd’hui, la soldatesque d’Alger va droit au mur par sa politique expansionniste puisque les allégations dont elle faisait usage pour faire passer ses sarcasmes fallacieux, en soudoyant certains «clients» à coups de dollars ne marchent plus face à la réalité amère qu’elle ne peut continuer à supplanter.

Désormais, elle n’a plus de quoi graisser les pattes, à cause de ses folles largesses mais aussi de la chute des coûts de barils. Désavoués, désarçonnés et en dérision fatidique, les galonnés, surexcités par les mirages des républiques bannières, paient très cher leurs bêtises et se voient confrontés au peuple de la rue grondante.

S’époumonant à tue-tête le slogan fatal de réprobation envers les gouvernants, les manifestants sillonnent les artères des villes afin de vomir le rejet total de l’imposture militariste qui a duré une éternité à leur détriment et à celui de la paix régionale.

On ne peut indéfiniment leurrer un peuple, à travers des subterfuges assassins ni tromper le monde par ses quolibets mensongers ! L’heure de vérité sonne le glas pour un régime glauque qui compte ses jours, devant la résurrection du peuple en ébullition.

Ses dernières cartouches inhérentes à la dissolution du parlement, à la tenue des élections anticipées et à la refonte de l’exécutif, ne sauraient apaiser cette rage en délire. Les hôtes du palais d’El Mouradia n’ont plus de quoi chasser ses spasmes moribonds et dévisser le resserrement étouffants des étaux aussi bien internes qu’externes. «Qui sème le vent, récolte la tempête!», disait un proverbe théologien de l’antiquité.

Le régime algérien ne saurait échapper à une fatalité inéluctable mais le peuple algérien ne pourrait non plus, vivre à l’infini, le calvaire de la caserne dépravée!

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top