La justesse de la cause sacrée!


Une fois n’est pas coutume, les ennemis de notre cause nationale ont essuyé l’une des raclées les plus cuisantes. La résolution de l’instance universelle 2494 vient d’asséner un énième revers à ceux qui versent encore dans le mirage de la désillusion.

Adoptée par la quasi-totalité du conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU),hormis l’abstention de la Russie et l’Afrique du Sud, le verdict onusien tombe telle une douche froide dans le camp hostile.En fait, il s’agit d’une première dans les annales de l’institution suprême, en statuant sans nul ambages, sur la nécessité absolue de tenir des «tables rondes» auxquelles prendront part les quatre protagonistes aux débats en lice, relatif à la question de la question de notre intégrité territoriale.

Longtemps dérobante de ce processus en commun, l’Algérie se voit contrainte de se faire ériger en partie influente sur le conflit artificiel dont il a été l’instigateur potentiel, des décennies durant. Sous les auspices de l’ONU, tout le monde se devra de s’engager à faire aboutir le compromis recherché au sein d’un véritable moment médifiant et sérieux. Prolongé pour une autre année, le mandat de la Minorso entame un nouvel épisode non pas purement technique, mais sans aucun doute, d’aspect concret sur le différent régional,renvoyant aux calendes grecques tous les schémas surannés. Du coup, les acteurs de cette hérésie sont désormais nommément mentionnés dans la décision de l’institution planétaire.

De surcroît, l’autonomie que brandit notre pays et jouit de l’acception de l’intégralité de la communauté mondiale, ne fait que se renforcer davantage, en tant que socle de solidité et de crédibilité avérées. La sagesse marocaine,éminemment confortée pour la treizième fois dans les grandes sphères du globe, ne cesse de résonner haut et fort et faire raisonner les plus récalcitrants. Tous les alibis entachés de fausseté s’estompent tel des fétus de paille, face à la justesse de la cause nationale et à la détermination de son peuple, à la dernier goûte du sang.

Ceci dit, tout auréolé de ce triomphe légitime, le Maroc, toutes souches confondus, est appelé à garder la tête sur les épaules, à se ressaisir de plus belle et à maintenir son éveil et sa vigilance contre toute récidive, à la fois belligérante et provocatrice. Enfin, Tindouf, refuge de la honte que le voisin de l’Est ne cesse de terroriser par la hantise de l’oppression et le dénuement, ne saurait demeurer à l’abandon. Mais, par le recensement, ce camp qui vit le martyr, n’est pas censé subir une exclusion, tout en sachant des populations vivant des sévices pareils, sont enregistrées et, partant, voués à des issues salvatrices, conformément au droit international humanitaire, tel que arbore par le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR). On ne devrait surtout pas dormir sur ses lauriers, face aux convoitises constamment aiguisées.

Related posts

*

*

Top