La ruée vers la relance économique!

Au lendemain de la crise pandémique, on ne jure que par la relance de l’économie, même si le virus est toujours dans les parages. On ne peut délaisser un devoir insistant qui n’admet plus d’atermoiement.

Toutes les régions du royaume se mettent à pied d’œuvre pour sauver l’économie, à travers la mobilisation du potentiel humain au niveau de l’administration et du corps élu, toutes compétences confondues. On ne peut tergiverser, puisque les conditions de vie des citoyens sont de plus en plus, en état de précarité extrême.

A l’instar de ses homologues du pays, la région Souss Massa s’ingénie à faire redémarrer tous les secteurs en inactivité, tout en gardant les mesures préventives qui s’imposent. Une multitude de réunions se tient à un rythme accéléré, à laquelle prennent part toutes les potentialités concernées par tel ou tel domaine, afin de se concerter sur les solutions à adopter et l’approche à mener.

Depuis déjà quelques temps, on disait que la région Souss Massa allait subir une réelle révolution industrielle, au lendemain de la mise sur orbite du plan d’accélération de ce volet vital de l’économie. Ce prélude sur lequel reposent les espoirs d’une région, à la recherche d’incitation effective à cet égard est déjà conforté par l’annonce royale selon laquelle il était convenu de mettre en avant le pôle régional au tout premier plan sur l’échiquier national.

Et puis, ce gain de cause fait boule de neige ! Conformément aux dispositions de la loi 47.18, relative à la restructuration des centres régionales d’investissement, il fut à noter la prééminence de la région Souss Massa à s’atteler à tenir, au siège de la Wilaya d’Agadir, il y a quelques temps, la toute première session au Maroc, du conseil d’administration, dans sa nouvelle formule, comme stipulée par la réforme en question.

Cette importante réunion, présidée par le Wali de la région et à laquelle ont pris part le nouveau directeur, fraîchement nommé à la tête de cette institution publique et un parterre d’opérateurs, fut marquée par le discours de préambule du chef de file de la région Souss Massa, au cours de laquelle il mettait en exergue les nouvelles orientations du texte adopté sus mentionné, au niveau du centre régional et les commissions unifiées d’investissement tel que mises en œuvre, par l’actualisation de la nomenclature juridique inhérentes à l’amélioration du climat des affaires, de la consolidation de l’attractivité du territoire, de l’instigation de l’investissement, de la facilitation des procédures, le relèvement de la cadence de la compétitivité en vue de drainer les investisseurs.

Ainsi, les centres régionaux d’investissement sont censés se produire dans les conditions requises, pour promouvoir, activer et fluidifier les flux de l’investissement au niveau de la région, en permettant l’initiative libre et créative, par la mise en place des mécanismes strictes de gouvernance, de suivi et d’évaluation de la mission assignée.

Cette nouvelle conception des CRI, requiert le statut d’instance publique qui jouit de la personnalité morale et de l’indépendance financière, ainsi que la gestion inclusive en direction de tous les acteurs régionaux aussi bien dans le public que le privé.

Ce concept vise donc de mettre en pratique la régionalisation avancée, le renforcement de la déconcentration administrative, en parfaite harmonie avec les stratégies et les orientations nationales des programmes et des projets de développement, en rupture avec les handicaps des investissements et la lutte contre les abus, par l’application ferme de la loi, de l’imposition du principe de l’exécution, de la mise en fonction les délais d’octroi des autorisations, de l’abolition des pratiques bureaucratiques et attentatoires aux intérêts des individus et la mise en marche globale d’une gestion administrative édifiante, rentable et rigoureuse.

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top