Les fake-news ont la peau dure, mais la vérité finit toujours par l’emporter

Casablanca et un prétendu récapitulatif des cas confirmés…

Mohamed Khalil

C’est dans l’air des temps, l’ère du Nouveau monde avec ses mensonges, ses rumeurs ses «fake news» ses théories, qui poussent comme des champignons à ne jamais en finir.

L’Internet, en tant qu’espace de grand savoir et de connaissance, permet un partage inédit de l’information. Hélas, des apprentis sorciers tentent de le dévier de sa véritable vocation.

Car, l’information, démocratisée comme aucune politique n’a pu le faire à ce jour,  circule sans limite, sans garde-fous. Et, pourtant, les professionnels des médias qui respectent l’éthique de la profession, les sages, les élites et surtout les grands décideurs du monde peuvent atténuer drastiquement ses fausses informations et leurs impacts négatifs sur les sociétés.

Les programmeurs en ont la faculté, comme les hackers peuvent aussi transgresser les frontières entre le vrai et le faux.

Volonté de manipulation

Le combat aujourd’hui est de démêler le faux du vrai, sous peine de sanctionner le vrai face au faux.

Cela est vrai aussi bien pour tous les contenus (événement, photo ou vidéo…).

Il est clair et acquis que  derrière toute fausse information sur Internet se cachent diverses motivations mais une volonté commune  de désinformer, de manipuler, de nuire, d’obtenir une forte propagation (du virus), de chercher le buzz…

Nous n’en voulons pour preuve, aujourd’hui, que la dernier post, qui a tourné virulemment, sur un prétendu tableau récapitulatif des cas confirmés de coronavirus à Casablanca.

Ledit tableau mélange, pêle-mêle, des chiffres où un quartier totalise plus de cas que l’arrondissement auquel il appartient. Et c’est valable pour plusieurs arrondissements.

Ensuite, s’agissant du total des cas avancés, ledit tableau le situe à 212 cas confirmés, alors qu’une simple addition des chiffres, sans parler des nombreux quartiers non signalés (ah aucun cas enregistré !), le multiplie par au moins 4 (plus de 800 cas).

Ainsi est force de constater qu’il s’agit d’un inconscient rigolo ou d’un manipulateur avéré ou encore d’un psychopathe qui veut semer la panique en donnant des chiffres fictifs sur la situation épidémiologique dans la capitale économique.

Rien que cela démontre la volonté d’induire en erreur la population de Casablanca et les quartiers cités, sans parler de l’opinion publique nationale, face à un manque de régulation sociale…

Appel au discernement

Heureusement, les Marocaines et les Marocains, à force d’avoir fait les frais des fake news, commencent à discerner le faux du vrai et savent que, souvent, des indications fantaisistes mais nuisibles circulent et vont encore circuler, tant que les auteurs de ces fausses informations ne seront pas démasqués et punis conformément à la loi., avec toute la sévérité requise, surtout en ces temps de guerre contre la pandémie où les efforts collectifs doivent être associés et jetés dans la bataille.

En attendant, les esprits sains savent que l’on ne partage plus, ni sur les réseaux sociaux ni sur WhatsApp, des faits douteux et qui ne sont pas «sourcés».

Car la personne qui a publié ce post mensonger l’a inventé de toutes pièces… et ne mentionne pas sa ou ses sources.

Dès lors, on ne le dira jamais assez, une véritable campagne de sensibilisation des citoyennes et des citoyens s’impose. D’abord, pour débusquer les fauteurs de trouble, en ces temps pénibles. Ensuite aider le maximum de la population à faire preuve de discernement et à ne pas partager des posts aussi dangereux que la peste, des textes ou vidéos qui sentent déjà la manipulation et la volonté de nuire.

Car seule le Ministère de la Santé a le droit de communiquer sur la situation épidémiologique dans tout le pays.

Ce travail didactique doit permettre au grand nombre de faire du recul par rapport à toute  information qui n’en est pas une.

Car l’auteur de ces fake pense que lui,  seul, connait mieux que tout le monde la situation qu’il présente comme étant extrêmement critique pour faire parvenir son message que tous les Casablancais risquent la contamination et, par ricochet, que les autorités sanitaires nous mentent.

C’est le message que le triste auteur de  ce mensonge veut  répandre. en ces temps de stress et d’émotions sur lesquelles il veut jouer.

Son objectif est aussi de manipuler le plus grand nombre de ses destinataires pour les tromper et les influencer à partager avec le maximum de contacts.

Hélas, les cibles de ces sorciers ne sont pas que les populations analphabètes. Bien des «intellectuels» et autres bien apprentis mordent à l’hameçon, y croient et, souvent sans réfléchir, partagent…

Vraiment, nous sommes en présence de complots viraux qu’il faudra combattre sans répit.

Related posts

*

*

Top