«L’objectif est de challenger les automobilistes»

Al Bayane : Dans quel cadre s’inscrit l’initiative Eco Safety?

Nabil Hamri : Nous sommes, cette année, à la septième édition de cette initiative. Certes, Arval est un acteur qui pollue, car c’est un facteur lié à la nature du secteur de transport. C’est clair, il s’agit de voitures qui polluent et qui font des sinistres. Alors le seul moyen de réduire cet impact est de challenger les clients à faire preuve d’une éco-conduite, à choisir des véhicules qui consomment moins de CO2 et à conduire d’une manière plus responsable pour minimiser le risque de faire des accidents. Et pour atteindre cet objectif, on fait un challenge qu’on anime tout au long de l’année, en donnant des formations à nos clients tout en précisant leur classement. On leur donne l’information, la formation et les différents moyens. Au fil des années, cette démarche a commencé à donner ses fruits.

Et comme le confirme Carlos Sousa, Directeur Général d’Arval, aujourd’hui nous avons plusieurs clients avec zéro sinistre responsable, et nous connaissons une transition progressive vers une éco-conduite. Outre l’impact significatif de ce genre de conduites sur le plan social, économique et écologique, cette nouvelle stratégie nous a permis une meilleure maitrises des coûts, ce qui se répercute directement sur le résultat de l’entreprise. Et éventuellement une réduction significative des tarifs de nos services qui nous permet de mieux fidéliser nos clients. On peut dire que grâce à cette démarche, tout le monde est gagnant.

Quelles sont vos propositions, en tant que professionnel du secteur de transport, aux pouvoirs publics pour favoriser la mobilité durable?

Nombreuses sont les initiatives instaurées par l’Etat qui reflètent la volonté des pouvoirs publics en matière de protection de l’environnement, en général, et l’instauration de la mobilité durable, en particulier. L’adoption d’une nouvelle fiscalité qui favorise le recours à des véhicules propres a représenté, dans ce sens, un grand pas en avant. Aujourd’hui, le levier principal pour la circulation de voitures vertes est la mise en place des bandes de recharge et toute l’infrastructure nécessaire, afin de permettre aux entreprises et aux conducteurs d’acquérir ce genre de véhicules. Nous considérons que c’est l’association des loueurs de véhicules en longue durée d’assumer la mission de négocier et faire un travail de lobbying avec l’Etat pour faciliter cette transition vers la mobilité responsable.

Quels sont les principaux axes de votre politique RSE?

Actuellement, notre principal objectif, au niveau du groupe, est la transition vers l’utilisation d’une énergie plus propre. C’est-à-dire le recours croissant à des véhicules hybrides et électriques, notamment dans les pays nordiques (Norvège, Suède…) où plus de 50% de notre flotte est constituée de véhicules électriques. Le deuxième axe de notre stratégie est le déploiement d’outils digitaux qui permettent l’optimisation de l’utilisation de la flotte. A savoir, l’Arval active link, cette télématique embarquée aux véhicules pour assurer une gestion optimale. En outre, la réduction des émissions du CO2 représente l’un des piliers principaux de la stratégie de notre groupe. En effet, Arval récompense tout le CO2 imitable par notre flotte interne via des programmes reconnus au niveau international. Nous travaillons énormément avec des cellules consulting et les grands groupes. Nous avons ainsi des consultants qui font des missions au sein des entreprises pour les aider à mettre en place une politique automobile propre, avec des véhicules propres et une utilisation plus adaptée.

Qu’en est-il du déploiement de cette stratégie sur le plan local?

Nous travaillons progressivement au cours des dernières années sur le déploiement de cette politique internationale en termes de protection de l’environnement au niveau du Maroc, tout en prenant en considération les contraintes locales. Force est de souligner que nous avons lancé énormément d’initiatives écologiques au niveau local, à commencer par le recyclage des huiles usagées. Nous travaillons également sur un ambitieux programme de recyclage des déchets solides, notamment les batteries.

Nous sommes également partenaires de plusieurs associations locales, principalement Jood et SOS village. Nous faisons des formations d’éco-conduite à nos collaborateurs, avant de les proposer à nos clients. L’Arval active link est installée dans tous les véhicules des collaborateurs et les consultants pour mieux améliorer leurs comportements.

Badr Atabi

Related posts

*

*

Top