«L’Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières»

Parution du beau-livre du professeur Leila Maziane

«L’Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières », un beau-livre de la professeur d’histoire moderne, Leila Maziane, vient de paraître aux éditions la Croisée des chemins.

Cet ouvrage de 293 pages, réalisé et publié par l’Agence de l’Oriental, est consacré au Maroc, à son ancrage méditerranéen arabe et africain ainsi qu’aux liens qu’il permet de nouer entre l’Orient et l’Occident.

L’ouvrage « suit de près l’évolution, depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours, des rapports des Marocains à la mer Méditerranée », lit-on dans l’introduction. Dans la préface, M. Mohamed Mbarki, directeur général de l’Agence de l’Oriental, écrit que l’ouvrage explique par le détail, la preuve, et illustre les textes par une iconographie riche et véritablement inédite, les avantages précieux et décisifs donnés aux marins par l’astronomie arabe.

« Les témoignages pertinents accompagnent et confortent une analyse qui nous conduit bien au-delà des frontières régionales », a-t-il fait observer.

D’après M. Mbarki, l’ouvrage raconte également le grand rôle joué par les ports et abris côtiers marocains, ainsi que les choix imposés, les luttes et le grand enjeu de la maîtrise des mers, en premier lieu, la Méditerranée.

Pour lui, Leila Maziane a défendu jusqu’au bout la rigueur de l’historienne et bien souvent freiné les projections trop rapides de « communicants, trop attachés à regarder l’avenir…au delà des frontières.

« Si ce tableau, gigantesque puzzle de réalisations, prend ainsi une tournure idyllique, c’est aussi parce qu’il est ancré sur notre histoire régionale profonde, presque enfouie, sur la continuité de nos institutions, la maîtrise de notre histoire maritime, au point que cet ouvrage était plus que nécessaire pour éviter qu’elle ne soit estompée », a estimé le directeur général de l’Agence de l’Oriental. Ce livre, relève M. Mbarki, fait oeuvre de mémoire et va faire référence.

Leïla Maziane est professeur d’histoire moderne à l’Université Hassan II – Casablanca. Elle est également membre du comité exécutif de la Société Internationale des Historiens de la Méditerranée et du Réseau international de la gouvernance des ports atlantiques (XIVe-XXIe siècles).

Elle a reçu le Prix Corderie Royale-Hermione 2008 attribué par le centre international de la mer (France) pour son livre Salé et ses corsaires 1666-1727, un port de course marocain au XVIIe siècle.

Étiquettes ,

*

*

Top