Poisson d’avril

La date de ce jour est associée au mensonge, au canular et à la blague. Sous la désignation de «poisson d’avril», la plaisanterie est d’autant plus appréciée que sa ficèle est aussi fine que celle qui tient une marionnette, invisible mais permettant l’illusion. Que les gens y croient et vivent l’événement intensément, cela ajoute un plus à la mystification, qui ne se termine pas toujours en hilarité.

Sans relation avec notre culture, le «poisson d’avril» a pris dans la partie de notre société qui s’est ouverte à cet universalisme, tout en le nommant par sa juste appellation.

Ainsi, selon des sources généralement bien informées, et après maintes discussions visant à prendre les mesures qui s’imposent pour arrêter l’évolution de la pandémie, la décision a été prise pour un retour à la vie «normale» pendant le mois de Ramadan. L’état d’urgence sanitaire ne sera plus en vigueur. La seule recommandation est de pas éternuer en présentiel. C’est le seul cas où le distanciel est obligatoire. L’annonce sera faite à l’issue du conseil de gouvernement de ce jeudi 1er avril 2021.

Toujours selon les mêmes sources, le Chef de Gouvernement va se consacrer entièrement à la préparation d’une conférence sur l’usage du cannabis dans la prise de décision et ses effets sur la psychologie de l’élite gouvernementale. Un séminaire, regroupant l’ensemble des directeurs centraux de l’administration publique ainsi que quelques dirigeants d’entreprises, est prévu aux bords de l’Oued Ouringa.

Un décret du Secrétaire général du gouvernement a été déjà publié au Bulletin Officiel en date du 1er avril 2021, sous le numéro 1 04 2021, pour qualifier « de caduque et de non valide » toute décision concernant la gestion des affaires publiques relevant des responsables qui seraient présents à ce séminaire.

Selon des sources proches du comité national d’organisation, toutes les dispositions sécuritaires et sanitaires ont été prises dans les environs de Kétama et d’Issaguen pour assurer le bon déroulement du séminaire sous tous ses aspects, théoriques et pratiques. Enfin, selon un communiqué de la Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision, certaines séances du séminaire gouvernemental seront transmises en direct sous la seule condition que l’expression des intervenants soit audible et compréhensible.

Il est à signaler qu’en plus de la présence des présidents des deux chambres du parlement à cet important séminaire, les douze régions du royaume seront représentées par un nombre d’élus proportionnel au nombre d’inscrits sur les listes électorales corrigé par le nombre des personnes dont le niveau d’instruction est celui du baccalauréat.

De même, dans le cadre du suivi de cet important événement, et selon une information non vérifiée, provenant d’un agent de la Direction des activités industrielles diverses, relevant du Ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique,toutes les dispositions techniques et juridiques ont été prises par l’ensemble de l’appareil de recherche nationale afin d’assurer le  recueil des effluves émanant du siège du séminaire afin de les purifier, de les concentrer et de procéder aux analyses nécessaires. Le but non déclaré est d’envisager des éventuelles utilisations, notamment concernant la paix dans toutes les organisations sociales, de la famille aux partis politiques.

La même source confirme que, dorés et déjà, un brevet d’invention a été délivré par les services concernés. Il s’agit d’un objet censé être utilisé comme un calumet et dont les propriétés sont encore gardées secrètes. Les seules informations qui ont pu filtrées à ce sujet concerne son nom «Sabsi» et qu’il est complètement constitué par de la matière naturelle recyclable et renouvelable à tout moment.

La discussion sur les conditions de sa fourniture (gratuité, prix fixé ou concurrentiel …) a déjà provoqué des divergences dans le champ politique national. Certaines voix s’élèvent déjà pour demander au maroquin dont l’omniprésence le qualifie de «mère des ministères» de mettre l’ensemble en accord. Son expérience dans ce genre d’approche est reconnue d’autant que ses arguments sont très peu réfutables par une élégerocratie mouillée jusqu’à l’os et qui ne veut pas se renouveler.

Un forum constitué par des scientifiques, toutes disciplines confondues, a été constitué pour suivre de loin l’expérience et en tirer les conséquences sur les prochaines échéances électorales. Son président désigné a fait une déclaration sommaire «Qui vivra verra !». Il avait hâte d’aller manger du poisson… en ce mois d’avril.

Related posts

*

*

Top