Rencontre autour du commerce à Agadir

Depuis déjà quelques semaines, l’activité commerciale défraie la chronique aussi bien à l’échelon national que régional. Le bras de fer qui s’est âprement levé entre les professionnels et le département de tutelle, a largement hissé le secteur aux devants de la scène.

Depuis, le débat national autour de cette problématique ne cesse de s’alimenter dans les diverses tribunes, à plus d’un titre. Récemment, dans la capitale du Souss, à la chambre de commerce, d’industrie et de services de la ville, s’est tenu un important forum, en présence  du ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique et en compagnie d’un parterre d’opérateurs du secteur dans  la région Souss Massa.

Une occasion, non pas de remuer le fer dans la plaie, mais de poursuivre un échange serein et constructif, en vue d’éplucher davantage les différentes mesures prisesà cet égard, à travers des ateliers inclusifs et concertés, tout au long de la rencontre de réflexion menée et consacrée à cet effet. Au terme de ce forum, les structures associatives du secteur, toutes branches et tendances confondues ont pu établir une panoplie de conclusions à l’adresse du dirigeant du gouvernement en question. Ceci dit, on retiendra, entre autres,la mise en relief de pas moins de quatre volets, notamment en particulier,l’élaboration d’amendements législatifs inhérents  au secteur et de mise en forme  de l’architecture commerciale afin de proscrire les entraves territoriales.

De même, il s’est agi également de la mise en charge sociale et de services au profit des commerçants, des démarches de soutien, d’orientation, de suivi et de financement en faveur de cette frange  de professionnels. Il est aussi question de réformer d’une manière conjointe et organique, le cadre juridique de la profession et le système fiscal global afférent, tout en se référant aux conditions actuelles de cette souche sociale. De surcroît, on aurait réitéré le vœu d’insérer le domaine du commerce, sous ses diverses formes, dans la charte nationale d’investissements, tout en mettant en place des schémas directeurs du commerce interne dans les régions et provinces.

D’autre part, leur requête concerne aussi la mise en application des remèdes au phénomène des marchants ambulants qui n’arrête pas de proliférer à des dimensions déconcertantes. En outre, on insistera également sur l’importance de la couverture sociale, susceptible de combler les ces tarés qui portent atteinte à la santé et la sécurité de ces catégories laborieuses, ainsi que sur la mise en œuvre d’un fonds de solidarité en leur faveur, à l’image de celui des secteurs de  l’agriculture et de l’industrie…Toutes ces recommandations et bien d’autres ont servi, sans doute, de plate-forme de contribution des professionnels de la région Souss Massa aux débats sur le secteur qui meubleront le forum marocain sur le commerce en fin d’avril prochain.

Related posts

*

*

Top