Réseau des partis démocratiques de l’Afrique du nord

Khalid Naciri: «Une évolution notable est tributaire de l’appropriation des mécanismes de la démocratie»

Une délégation du Bureau  politique du  Parti du progrès et du socialisme (PPS), composée de Khalid Naciri, Azzouz Senhaji et Ghizlane El Maâmouri, a pris part aux travaux de la rencontre du Réseau des partis démocratiques de l’Afrique du nord, ayant eu lieu les 23 et 24 février à la ville du Détroit.

Cette manifestation a vu la participation d’autres organisations politiques, progressistes et modernistes, représentant l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, la Libye et la Mauritanie.

Le Maroc a été représenté, outre le PPS,  par le Parti authenticité et modernité (PAM), le Parti de l’Istiqlal (PI), l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et le Front des forces démocratiques (FFD).

Lors de la session inaugurale, Khalid Naciri, dans une allocution lu au nom du Bureau politique, s’est félicité de l’initiative lancée, il y a presque un an, à Monastir en Tunisie, étant donné qu’elle fait référence à un cadre conceptuel basé sur la coopération et les valeurs fondamentales de la démocratie. Lesquelles valeurs constituent d’ailleurs  une entrée principale permettant aux peuples de la région de se mettre sur la voie de la dignité et la lutte contre la violence et toutes les formes d’extrémisme.

Abondant dans le même ordre d’idées, Khalid Naciri a souligné que le Parti du Livre croit dur comme fer que la région ne pourrait connaitre une évolution notable sans la ferme appropriation des mécanismes de la démocratie dans le cadre de la dialectique de l’union et de la différence.

Par ailleurs, il est à noter que cette rencontre a été sanctionnée par l’adoption d’une plateforme de réflexion, intitulée la  «Déclaration de Tanger», qui a mis en exergue les choix et les principes fondateurs de la coordination, du dialogue et du  travail commun dans ce nouveau cadre d’action, notamment le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale, le rejet de la violence,  la défense de la démocratie, le progrès et la modernité.

La déclaration de Tanger a, par ailleurs, rappelé l’esprit de la conférence de Tanger de 1958, en insistant sur la nécessité de la redynamisation de l’action entre les pays et le renouvellement de la réflexion collective concernant l’ensemble des questions dictées par les mutations en cours, aussi bien au niveau international que régional, tout en tenant à respecter des spécificités de chaque pays.

En plus de la «Déclaration de Tanger», les participants ont convenu  de mettre en œuvre les mécanismes de travail et l’ensemble des résolutions prises par le Réseau dans la perspective de la prochaine rencontre qui aura lieu en Libye.

Khalid Darfaf

Related posts

*

*

Top