Revigorer les rapports maroco-canariens

C’est aujourd’hui, 28 janvier, que Fernando Clavijo, président de l’exécutif autonome des îles Canaries, entame une visite de deux jours au royaume du Maroc, à la tête d’un important parterre de ministres et d’homme d’affaires de haute facture.

L’objectif étant de fortifier encore davantage les rapports profonds de coopération et de communion. Ces rapprochements de plus en plus, soudés permettent, en effet, d’exaucer les vœux bilatéraux des deux  peuples proches hispano-marocains, en termes socio-économique, culturel et sécuritaire.

Le hôte canarien amorce sa tournée dans nos murs, en compagnie d’un large cortège, avec la présence effective de ministres et d’hommes d’affaires dont les présidents des Confédérations des entrepreneurs de Las Palmas et de Santa Cruz de Tenerife, Agustín Manrique de Lara et José Carlos Francisco. Les présidents de la Chambre de commerce de Santa Cruz de Tenerife et de Lanzarote ainsi que de l’Association industrielle des îles Canaries. Nombre de thématiques d’ordre institutionnel et économique sont à l’ordre du jour de cette importante rencontre et font l’objet de volonté commune d’aller de l’avant pour la progrès et la prospérité mutuelles.

Les rencontres entre l’archipel espagnol notre pays, aussi bien à Rabat que Casablanca, s’attelleront à impulser la dynamique de concrétisation des projets qui taraudent les deux partenaires, en matière d’échange économique, notamment au sein du conseil Maroc-Espagne d’économie (CEMAES). Une belle prélude pour faire amorcer un échange fructueux avec les opérateurs de la Confédération Générale des Entreprises du  Maroc, en présence de leurs homologues ibériques.

Dans le même sillage, le chef de la délégation espagnole effectuera, le lendemain mardi,  des entretiens avec le chef de gouvernement marocain et le président de la chambre du conseil des représentants. De même, il est aussi question d’une audience accordée à MASEN, l’agence marocaine pour l’énergie durable, en vue s’ouvrir des brèches d’actions de partenariat et de mettre en œuvre des démarches en commun accord. Il convient aussi de signaler que cette visite de ce contingent espagnole de cette envergure a été auparavant, initiée par des prédécesseurs ibériques, mettant les fondements d’une solide et pérenne liaison avec les deux associés, dans l’entente et l’entraide. La proximité, l’entente, le souhait commun sont autant d’atouts qui plaideront pour ce  nouvel rassemblement au service des deux peuples respectifs.

Related posts

*

*

Top