Scandale «Taghazout Bay»: Le PPS appelle à une enquête judicieuse

La démolition d’un certain nombre de constructions, viciées par des dysfonctionnements urbanistiques ayant provoqué la colère du Souverain, à l’issue de la dernière visite royale à Agadir, a constitué un évènement proéminent auprès de  l’opinion publique locale, régionale et nationale.

La visite éclaire du Souverain sur les lieux a permis de s’arrêter sur plusieurs irrégularités à plus d’un niveau, commises au sein d’un ensemble de constructions du projet touristique Taghazout Bay. Cette mesure, rappelle-t-on, a concerné de même des villas et des hôtels appartenant à un groupe de promoteurs immobiliers, dont certains occupent de hautes fonctions dans la pyramide de gestion de la chose partisane et publique.

Compte tenu du fait qu’il s’agit de l’un des plus grands projets économiques, à qui a été attribuée la mission du renforcement et du développement de la destination touristique, l’un des principaux leviers du Plan Azur sur toute l’étendue du littorale du Royaume, ces abus dangereux ont suscité une énorme vague d’indignations et de déceptions. Elle a aussi touché des milieux influents dans le pays que de la part de l’ensemble des couches sociales qui voient dans ce comportement irréfléchi et contraire aux mesures procédurales une basse consécration des phénomènes de la domination et de l’irrespect des règles de droit et des lois, que les composantes de la société tentent d’immuniser, d’affermir et d’élever au plus haut niveau.

Partant de ce qui précède, le Parti du progrès et du socialisme dans la région de Souss-Massa ne peut que :

  • Apprécier et saluer cette directive visant à consacrer le traitement égalitaire à accorder à l’ensemble des intervenants dans les domaines de l’investissement et de l’économie, sans discrimination ou favoritisme. Elle vise aussi à pousser au respect des lois et des procédures à tous les niveaux, quelles que soient la position et l’influence des auteurs de ces infractions. Le PPS dans la région Sous-Massa réclame la généralisation de telles mesures à l’ensemble des secteurs et administrations.
  •  Fustiger et dénoncer ces cupides pratiques qui renseignent sur l’abaissement, la régression de l’esprit de citoyenneté véritable et l’absence de la valeur du travail sérieux qui a pour objectif d’élever le niveau du pays et de rehausser sa renommée au rang des pays démocratiques développés.
  •  Appeler à la poursuite de l’enquête dans ce scandale urbanistique pour en dévoiler toutes les ramifications et pour que ceux qui y sont impliqués aient ce qu’ils méritent, chacun selon le degré de sa responsabilité et durant toutes les phases, depuis le début de ce projet national en 2001, que ce soit des ministres, des walis, des institutions nationales de supervision, de contrôle et de suivi, des agents d’autorité, des bureaux d’étude, des bureaux d’audit, des investisseurs, etc.
  •  Inviter les services concernés de l’Etat à préparer suffisamment la réalisation des projets nationaux en procédant à des études précises prospectives sur tous les plans, sans omettre l’aménagement approprié au niveau des infrastructures et des besoins logistiques. Et ce avant d’entamer la conclusion des accords avec les investisseurs, dans le but d’éviter les blocages, les retards et les détériorations, comme c’est le cas pour le projet du site touristique de Taghazout.
  •  Demander à l’Etat de procéder à une évaluation globale des 20 années du Plan Azur, qui concerne outre Taghazout Bay, Saidia, Luxus à Larache, Mazagan à El Jadida, Mogador à Essaouira et la Plage Blanche à Guelmime. Des budgets colossaux ont été investis dans le Plan Azur qui a subi de profonds fiascos liés essentiellement à la mauvaise gouvernance, à l’absence de la vision perspicace, au recours à l’enrichissement démesuré, à la privation du projet national de tout effet performant et productif et à l’octroi de la primauté au penchant individualiste et à l’accaparement au détriment des intérêts supérieurs du pays.
  •  Appeler les autorités responsables à sévir de manière ferme contre tous ceux qui trichent dans les affaires des collectivités territoriales dans la région de Sous-Massa, à ne se contenter des décisions judiciaires de renvoi et à assumer leur responsabilité en demandant des comptes aux prévaricateurs dont l’implication a été démontrée par des jugements fondés sur des preuves.

 Exhorter l’ensemble des organisations politiques qui assument la responsabilité de gestion et de direction dans la région de Sous-Massa à respecter entièrement les dispositions de la loi, en particulier en ce qui concerne les dossiers du foncier dans le but de protéger les deniers publics et pour que ces pratiques ne se transforment en un facteur supplémentaire de la fuite des citoyens de la participation politique agissante.

Related posts

*

*

Top