Stokvis Nord Afrique se retire de RIO

Coté à la Bourse de Casablanca, le groupe Stokvis Nord Afrique a récemment réduit son périmètre de consolidation. En effet, Stokvis a abandonné sa participation de 43% dans le capital de RIO (Reduce Invent Optimize), une PME spécialisée dans le traitement des déchets des eaux et dans les études et audits en efficacité énergétique. En pleine crise financière, Stokvisa préféré se recentrer sur ses métiers historiques. Ses parts ont été rachetées par la famille de l’actionnaire fondatrice Meriem Berrada, portant ainsi leur participation à 90%.

Créée en 2006, RIO a été l’une des premières startups spécialisées dans le domaine de l’efficacité énergétique. L’entreprise a décroché, durant cette dernière décennie, plusieurs contrats d’envergure, tel que celui de la coordination de l’ensemble des travaux de la centrale photovoltaïque d’Assa ZAG. Mais ses difficultés financières ont commencé à s’accroitre en 2014, lorsque les fonds propres de la PME ont viré au rouge.

Face à ces difficultés et dans le but de relancer sa croissance et sa rentabilité, Rio a opéré une recapitalisation fin 2016. L’entreprise s’est armée contre la concurrence qui devient de plus en plus rude sur le marché marocain, suite à l’implantation de cabinets et acteurs européens. Durant cette même année, la société marocaine a gagné, avec son partenaire français Engie, l’appel d’offres initié par le ministère des Habous et des affaires islamiques et la Société d’investissements énergétiques (SIE), ayant pour objectif de réduire la facture énergétique des mosquées marocaines. RIO a enchainé ensuite avec un nouveau contrat. Elle devient partenaire de la société italienne Gemmo et s’est vu confié, en compagnie de la Société d’Investissements Énergétiques et la Commune de Berrechid,  le service d’Éclairage Public de la ville. Le moment était bien choisi pour Stokvis de se retirer, tout en tirant le maximum possible de ses participations.

Rappelons que la filiale du groupe Alj, Stokvis a enregistré une perte nette de 7 millions de dirhams à fin juin 2018. Son chiffre d’affaires a également subi une baisse de 47%.  L’explication donnée à ces replis est la morosité du marché de BTP qui représente plus du tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise. Autre facteur en cause, le litige opposant la filiale Stokvis Automotive et Fiat Chrysler Automotive Maroc. Celui-ci a pesé 12,2 millions de dirhams sur le résultat net part du groupe au niveau du premier semestre 2018.

Related posts

*

*

Top