Taroudant, capitale d’une vie rurale en marche!

Taroudant, cité impériale par excellence dont témoignent la quintessence de créneaux et la fluorescence des remparts aux cinq portes de l’ère révolue.

L’historicité de la ville illustre en postériorité, son attachement à l’authenticité immatérielle, en matière d’architecture, de patrimonial, de vestimentaire, de culturel… Et ce n’est pas rien qu’aujourd’hui elle d’attache aux moussems thématiques et aux produits de terroirs. Une quarantaine de festivals en étroite synchronie avec sa référence d’antan, s’est alors érigée sur l’ensemble des patelins qui compose la province et s’est distinguée par une niche spécifique et typique.

Ces bourgades aussi bien en montagnes qu’en vallées ne respirent que par cette mosaïque variée de produits locaux dont la qualité de la saveur et la pureté de la régénération authentifient le produit au fil du temps.

C’est ainsi que des plantes locales nutritives, aromatiques, cosmétiques et médicinales (argane, noix, safran, cactus, caroube, thym, lavande, amande, ail…) sont amoureusement bénites, soignées et mises en valeur, dans des coopératives encore en état artisanal, pour la plupart, mais volontaristes.

Récemment, en ouverture du salon des productions du terroir et de l’artisanat à Taroudant, un imposant cortège conduit par le Wali de la région Souss Massa et le Président régional, ainsi que le Gouverneur de la Province des murailles ocres,  a procédé a l’inauguration de la 3ème manche du festival de l’ail. Inscrite dans le cadre de la valorisation des produits locaux et du patrimoine immatériel et la vulgarisation des diversités culturelle et socioéconomique, cette festivité a connu un succès éclatant, tant de la qualité de l’exposition, de la teneur sociale escomptée et de l’engouement des exposants et des populations de ces douars reculés.

Ce festival à thème organisé, dans la commune rurale d’Assaki relevant de la province de Taroudant, par l’association du festival de l’ail, en partenariat avec le groupement de la maison de l’ail, intitulé «Tigmi n’tiskert».  Sous le mot d’ordre «Le festival de l’ail, un appui essentiel de l’essor local au niveau social et économique». Ce rassemblement annuel constitue, en effet, un modèle de référence de la prise en charge par les citoyens du relèvement du produit de terroir. A cet égard, il convient aussi de citer de la troisième rencontre de la Tbourida, sous le thème central «Tbourida, art patrimonial et authentique», tenue par l’association du festival Tbourida. Une vie rurale qui se tonifie selon les moyens propres, mais dans un esprit de synergie et surtout d’appartenance à la terre et ses ressources.

A travers le territoire national, nombreuses sont les régions qui se caractérisent par tel ou tel produit local connu depuis des lustres. Ces produits sont affectueusement idolâtrés par les citoyens de la campagne qui, à longueur d’années, sous le soleil de plomb et le froid glacial s’attellent à l’évolution de leurs produits. Une fois éclos, ces fruits aux dégustations pétillantes font saliver aussi bien ces valeureux paysans que les visiteurs qui viennent déguster ces merveilles. L’artisanat, le tourisme et le produit du terroir se côtoieront au cœur des mille couleurs.

De même, le développement durable des arrières pays demeurent, effectivement, le cheval de bataille de la campagne pour le rehaussement des conditions et de cadre de vie des paysans et le développement d’une agriculture vivrière et d’exportation de qualité.

Saoudi El Amalki

Related posts

*

*

Top