Fête de l’humanité: Perpétuation des vertus de liberté et de justice

DNES à Paris: Saoudi El Amalki

La fête de l’humanité s’est poursuivie samedi et dimanche derniers, dans l’allégresse et la militance. Le stand d’Al Bayane, joliment pavoisé pour l’occasion, drainait, chaque jour, une multitude de visiteurs.

Des portraits qui datent de 1974 où des camarades ont pris part à ce rendez-vous internationaliste, étaient accrochés sur les murs et incarnaient une période glorieuse de la seule présence marocaine de l’organe de presse du PPS. Des dizaines de camarades du monde, en particulier de l’Hexagone se rendent à l’espace du journal pour retrouver leurs homologues et échanger les souvenirs de cette épopée. Ils s’informent sur la situation actuelle de la presse du parti, mais également la vie interne du PPS et celle du champ politique nationale. D’autres hôtes viennent aussi converser avec les camarades de la section de Paris et déguster le thé et les fours ou encore feuilleter les documents étalés dans le stand.

Samedi dernier, au village du monde, toutes les délégations invitées étaient présentes à la cérémonie d’inauguration de ces lieux consacrés aux multiples organisations étrangères. Cette séance de solidarité internationale était marqué par le discours de Patrick Le Hyaric, directeur du journal tricolore l’humanité, fondé par le fameux militant communiste Jean Jaurès.

Cette intervention a passé en revue les formes de tortures et d’exécutions dont sont victimes nombre de héros de par le monde et condamné les agressions et les exterminations provoquées par le capitalisme et le néolibéralisme, conduits par les États Unis. Le dirigeant communiste français s’est beaucoup étendu sur les attaques sanguinaires perpétrées par les sionistes d’Israël, tout en rendant un vibrant hommage à Ahed Tamimi, « icône de la fête de l’humanité », comme il a bien voulu la qualifier.

Tout au long de trois jours d’affilée, les divers compartiments du festival ont connu des débats autour des grandes questions de libération, de démocratie et de justice. Des formes de solidarité avec les victimes de ces barbaries de par toute la planète sont pareillement exprimées par les unes et les autres des délégations présentes.

La fête de l’humanité, comme son nom l’indique bien, est aussi des espaces de chants et de danse, notamment la grande scène qui abrite, chaque soirée et  même les après-midi, des shows et des concerts animées par de grandes stars de la musique et de la chanson planétaire.

Plusieurs stands étaient, également, le théâtre de plusieurs tables rondes et conférences sur des sujets de préoccupations communes, tel le stand du parti communiste iraquien qui a abrité une importante conférence autour du « rôle de la gauche arabe dans la lutte contre l’impérialisme et le sionisme ».

Au cours de cette  rencontre-débat à laquelle prenait part le camarade Saoudi El Amalki, membre du bureau politique du PPS, aux côtés des représentants de la direction nationale des partis communistes irakien, libanais, palestinien ainsi que le PADS, a suscité un long échange autour de cette problématique.

Il est à signaler enfin que la fête de l’humanité s’est clôturée par le discours de Pierre Laurent, secrétaire général du Parti communiste français, dans la grande scène, devant une imposante foule, suivi du concert de la clôture.

Il va sans dire enfin que cette fête de l’humanité a encore été un succès populaire, puisque toutes les délégations internationales ont fait preuve de solidarité et de valeurs humanistes.

La 84ème édition de cette manifestation de grande envergure fait donc perpétuer ces vertus, en dépit de l’hégémonie sauvage du capitalisme qui envahit le monde.

Related posts

*

*

Top