Importantes manifestations à Hong Kong…

Jamais, depuis sa rétrocession à la Chine le 1er Juillet 1997, Hong Kong n’a connu des heures aussi sombres que celles qu’elle a vécu, ce mercredi, quand la police est intervenue en faisant usage de balles en caoutchouc et de bombes lacrymogènes pour disperser les dizaines de milliers de manifestants descendus dans la rue dénoncer un projet de loi gouvernemental devant permettre des extraditions vers toutes les juridictions même quand aucun accord bilatéral n’existe y compris vers la Chine continentale.

L’accord de rétrocession stipule expressément que Hong Kong doit jouir, jusqu’en 2047, d’une semi-autonomie n’existant pas en Chine continentale. Mais au vu de l’ingérence grandissante de Pékin, l’ex-colonie britannique, qui abrite 7 millions d’âmes, a été le théâtre, ce dimanche, du plus important rassemblement depuis son retour dans le giron chinois puisque les manifestants y étaient estimés à près d’un million de personnes.

Bien que, selon les autorités, ce projet de loi ne soit destiné qu’à combler le vide juridique qui aurait fait de Hong Kong un «asile pour certains criminels» et ne concernerait, en aucune manière, les opposants à la politique menée par Pékin, les Hongkongais estiment que, compte-tenu de l’opacité de la justice chinoise, cette réforme va immanquablement nuire à l’image internationale et à l’attractivité du territoire.

Excluant de retirer le texte incriminé dont le vote final était prévu pour le 20 juin, Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif local, a accepté, toutefois, au vu de l’ampleur de la dénonciation, d’en reporter les débats à une date ultérieure tout en déplorant des «émeutes organisées (…) inacceptables pour toute société civilisée» et en mettant en garde l’opposition contre «toute action radicale».

Aussi, en solidarité avec les opposants au projet de loi, une centaine d’entreprises et de commerces ont baissé leurs rideaux et les principaux syndicats d’étudiants ont appelé au boycottage des cours. Cette mobilisation spectaculaire et les heurts qui s’en sont suivis aux abords du Parlement où le texte devait être débattu, en seconde lecture, se  seraient soldés par près de 70 blessés d’après RTHK, un média local.

Ce texte ayant suscité, également, de vives critiques, à l’étranger, Jeremy Hunt, le ministre britannique des Affaires étrangères, a exhorté, ce mercredi, les dirigeants de Hong Kong à «écouter les inquiétudes» de leurs concitoyens alors que, pour Amnesty International, la police aurait «profité des actes violents d’une petite minorité pour en tirer prétextes et recourir à un usage excessif de la force contre la vaste majorité des manifestants pacifiques».

Enfin, pour l’analyste Dixon Sing, «le peuple de Hong Kong (qui) croit, de plus en plus, que le gouvernement est constitué de marionnettes servant les intérêts de Pékin, voit ça comme sa dernière bataille».

Il semble donc que, pour les Hongkongais, la semi-autonomie prévue par l’acte portant rétrocession du territoire à la Chine et qui devrait s’étaler jusqu’en 1947 ne soit plus qu’une chimère. Alors, attendons pour voir…

Nabil El Bousaadi

Related posts

*

*

Top