Izza Génini à l’honneur à Errachidia

Après l’hommage émouvant qui lui a été rendu lors du Festival de cinéma «Toute une semaine avec Izza» qui a eu lieu au cinéma Ritz de Casablanca, la productrice et réalisatrice Izza Génini verra son riche parcours célébré à Errachidia.

La ville du sud-est Marocain s’apprête à fêter, lors de la 10e édition de son Festival du cinéma, la réalisatrice des films «Chants pour un Chabbat», «Cantiques brodés», «Louanges», «Des luths et délices», «Aïta », «Transes» et bien d’autres. L’événement, sera organisé par l’association Alkabas pour le cinéma et la culture du 3 au 7 octobre prochain sous le thème «le cinéma pour la promotion de la conscience artistique».

En effet, le répertoire cinématographique et la carrière riche de la réalisatrice seront montrés au public à travers des projetions et débats autour de certains de ses films documentaires. Au-delà des projections qui auront lieu dans les divers espaces de la ville, une conférence scientifique phare sur son expérience cinématographique verra la participation d’une poignée de critiques, professeurs universitaires et chercheurs et braquera de près les lumières sur la vision de la réalisatrice du monde, sur ses travaux et sur son apport au cinéma marocain.  Pour ceux qui n’auront pas pu assister à la conférence, ils pourront lire en revanche sa synthèse qui sera publiée dans un livre.

Toujours au menu de cette édition, des projections de films ayant marqué la scène cinématographique marocaine en présence de critiques de cinéma, réalisateurs, acteurs et cinéphiles. Par ailleurs, durant les cinq jours de la manifestation, la ville vibrera aux rythmes du 7e art. Ainsi, le programme du festival sera meublé par des ateliers, des rencontres ouvertes avec les invités, ainsi que deux compétitions dont la première sera consacrée aux films d’auteur et la seconde aux films documentaires. Le cinéma iraquien sera à l’honneur lors de cette édition avec la projection d’une collection de sa production cinématographique, notamment les courts-métrages.

Mohamed Nait Youssef 

Top