L’effet Al Boraq s’est fait ressentir dès son lancement

La photo des escaliers bleu plongeant dans les eaux turquoises de la Méditerranée ont fait le tour du net, rendant la plage Belyounech l’une des plages les plus prisée au nord du Maroc. La petite plage de galets, accessible après plusieurs kilomètres de virages sur une étroite route sinueuse à travers les montagnes, est surtout un excellent spot pour faire son baptême de plongée sous-marine.

Al Bayane: Qu’en est-il de l’affluence et du taux d’occupation en cette période?

Nous n’avons pas encore les chiffres officiels mais la saison se passe dans des conditions normales. Nous nous attendons à une importante hausse par rapport à l’année dernière en terme d’arrivées et de nuitées, vu l’effet des nouvelles liaisons aériennes internes et l’effet Al Boraq qui s’est fait ressentir dès son lancement.

Rkia Alaoui: Comment encouragez-vous le tourisme interne?

Le tourisme interne a une grande importance dans notre région, puisqu’il s’accapare plus que la moitié des arrivées et des nuitées. Ce tourisme est encouragé à travers les actions de promotions comme «Chouf Bladi», une émission largement diffusée dont le but est d’effectivement promouvoir ce tourisme. Nous comptons lancer des campagnes avec des influenceurs web marocains, partout dans la région, afin de toucher un public plus jeune via les réseaux sociaux et partager avec eux les richesses de notre région.

Quels sont les efforts déployés pour valoriser la région Tanger-Tétouan-Al-Hoceïma?

La région est valorisée à travers les actions menées par le CRT auprès des touristes marocains et internationaux, que ce soit la participation aux salons du tourisme et le démarchage de nouveaux marchés, le lancement de campagnes sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche pour la promotion du produit, la création d’outils digitaux (site web, applications mobiles, chatbots…) et leur amélioration au fur et à mesure que de nouvelles technologies deviennent disponibles. Le CRT organise et participe à l’organisation d’événements, que ce soit pour l’animation des destinations ou pour le développement du produit touristique.

Est-ce que la régionalisation avancée a eu des effets positifs sur le tourisme dans la région du nord?

La régionalisation avancée a permis au CRT de compter d’une manière beaucoup plus soutenue sur un partenaire important qui est le Conseil de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, qui soutient le CRT dans ses missions et la réalisation de ses objectifs.

Maintenant, le chantier est loin d’être terminé et nous ambitionnons de voir son impact positif s’accentuer, surtout sur le volet des moyens alloués au CRT par des partenaires comme l’ONMT.

– Plusieurs estivants se plaignent des prix exagérés pratiqués par certains établissements. Avez-vous un comité chargé de surveiller des prix?

Nous ne pouvons nous baser sur aucun texte pour pousser un établissement à pratiquer un prix. Le marché est dans une libre concurrence, ce qui fait que chacun définit ses objectifs en termes de taux d’occupation, de RevPar (Revenue par Chambre Disponible), ainsi que sur une panoplie d’indicateurs clés de performance. Sur la base de ces objectifs, chaque hôtelier définit ses prix.

Maintenant, il suffit de chercher sur internet pour trouver qu’il y a des hôtels 3* en plein août qui vendent à 500 DH la chambre double avec petit déjeuner et des 5* qui vendent à 1200 DH la nuit. C’est des prix très logiques et très compétitifs.

Afin de bénéficier de meilleurs tarifs, la clientèle marocaine commence à réserver bien à l’avance pour ses vacances d’été, ce qui est une bonne pratique afin de diminuer sa facture d’hébergement. Ou bien elle passe par des agences de voyages, qui peuvent leur fournir de bons tarifs plus facilement, grâce à leurs systèmes et leurs contrats.

Quelles sont les mesures prises pour lutter contre le problème de la saisonnalité dont souffrent plusieurs villes de la région?

La saisonnalité est une équation bien difficile à régler et dont plusieurs destinations marocaines souffrent. La promotion n’est qu’une petite partie de toute l’équation, qui intègre l’investissement, l’animation, le produit, l’aérien et même le climat.

Parmi les solutions que l’on compte investir est l’exploration de produits touristiques alternatifs via de nouveaux segments de clientèle. La saisonnalité est une problématique qui se concentre surtout dans les destinations balnéaires. Notre plan consiste en la diversification des attraits, la promotion de ces derniers et ainsi commencer à vendre les destinations par leurs différents tourismes : Balnéaire, nature, culture, sportif, actif, MICE…

Propos recueillies par Aimen Bouzoggaghe

Related posts

*

*

Top