Télécommunication: les téléboutiques disparaîtront-elles bientôt au Maroc?

Les publiphones ont de plus en plus tendance à s’effacer de façon confirmée du Maroc. Leur nombre ne cesse de diminuer. Preuve en est la baisse du nombre de cabines téléphoniques qui atteint moins de 6.420 en 2018 sur tout le territoire national contre 38.024 cabines en 2015.

Les chiffres de l’agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) attestent d’une forte perte du parc des publiphones avec la suspension de 165.000 lignes. Ainsi, l’ANRT estime que le Royaume se passera de ce service et entamera le processus de suppression des publiphones. Une baisse qui s’explique principalement, selon l’agence, par l’augmentation du taux de pénétration du mobile et la chute des prix des communications, surtout au niveau du segment mobile.

Ainsi, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications a précisé qu’à fin 2018, le prix moyen des communications est passé de 1.60 dirhams la minute en 2009 à moins de 0.12 centimes, tenant compte des campagnes promotionnelles des entreprises du secteur des télécoms qui, de nos jours, se basent plus sur le service Internet mobile pour augmenter leurs chiffres d’affaires. Une régression remarquable qui a fortement influencé le choix du consommateur marocain, optant plus pour le téléphone mobile que pour les téléboutiques, en raison de son coût moins élevé, sa disponibilité et son côté plus pratique. D’ailleurs, le prix moyen d’une minute de communication est aujourd’hui inférieur au prix moyen établi par l’ANRT, le régulateur du secteur des télécommunications au Maroc, qui est de 23 cents par minute, une baisse jamais enregistrée au niveau du secteur.

A noter que dans sa nouvelle analyse consacrée aux télécommunications, Fitch Solutions a affirmé que l’industrie marocaine des télécommunications est la plus attractive de la région Afrique du Nord. Le royaume a pu passer ainsi de la 9e à la 7e place dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord avec un score de 45,1 et un niveau de risques jugé faible. Le marché de la téléphonie mobile devrait poursuivre sa bonne dynamique «à moyen et long terme», les opérateurs étant concentrés sur le développement des services de la 4G et l’attraction d’abonnés postpayés, indique l’analyse.

Zaynab Dhimene

Related posts

*

*

Top