TikidaTaghazout voit le jour

La station balnéaire de Taghazout continue à prendre forme, à une cadence soutenue, après les désistements qui ont ralenti son ouvrage prometteur, depuis plus de deux décennies.

Le chantier poursuit crescendo son bonhomme de chemin, même si, faut-il le rappeler, le site qui s’insère dans le programme national du plan Azur se dévie, en grande partie, en projet immobilier, au lieu de touristique. Mais bon, cela est une autre histoire qu’on ne saura plus rabâcher en ce temps de fondation de la station.

En fait, après l’émergence, en hors site, sur le promontoire qui surplombe la saisissante baie de Taghazoute, de l’immense aire de golf et d’une splendide bâtisse hôtelière, jeudi dernier, la communauté du tourisme régional s’est ardemment régalée devant un joyau, cette fois pieds sur mer. Un fort cortège officiel, conduit par le Wali de la région Souss Massa, s’est rendu sur le site flambant neuf, pour contempler à souhait,  les magnificences d’un bijou époustouflant.

Étendu sur 18 hectares, entièrement sur le front de mer, cet édifice hôtelier d’une majesté rarissime, s’érige en performance inédite à l’échelon national. Sa capacité d’accueil de 540 chambres et plus de 1100 lits, lui procure une singularité notoire, en matière d’hébergement, mais également en termes de prouesse attractive, de ton architectural et en recherche de brassage dans l’art moderne et traditionnel. Un régal sans égal, dirait le visiteur émerveillé par la suavité complice de la féerie naturelle et le génie humain!

Le prodigue de ce bout de merveille qui n’est autre que l’inusable Guy Marrache, le fondateur de la chaîne Tikida a Agadir et ailleurs, s’en alla savourer, en compagnie de ses hôtes, la nouveau délice qu’est le Tikida Riu Palace Taghazoute. Une unité resplendissante qui vient renforcer le volume capacitaire de la station et booster le secteur dans le Souss, en vue de relever la destination touristique et redorer son blason. La dynamique ascendante que crée ce genre de réalisations de haut standing nécessite, en revanche, l’aménagement de l’entourage formé d’agglomérations dans les communes mitoyennes de Taghazoute et d’Aourir, en mal d’infrastructures.

A côté de l’effort considérable que déploient aussi bien les aménageurs développeurs que les autorités locales qui accompagnent ce bel entrain, l’Etat devait s’investir dans ce sens afin d’assurer toutes les conditions idoines du développement du cadre global du lieu, au niveau des accès, des équipements et des mises à niveau.

Ce nouvel exploit enfanté aujourd’hui en grande pompe, insuffle sans doute, des bouffées d’espoir pour une destination, en quête d’impulsions salutaires. Certes, au début, cette structure hôtelières haute de gamme peinera en raison des contraintes de circulation dans une zone en chantier, tel ce fut le cas de la SONABA, à l’époque. Mais, c’est un de question de quelques ans, en attendant que la construction de pas moins de cinq autres hôtels qui se pointent à l’horizon.

Saoudi El AMalki

Related posts

*

*

Top