Yasmina… un cri pour la confirmation de soi dans le monde

Le court métrage «Yasmina» d’Ali Esmili et Claire Cahen projeté, jeudi 7 mars, à la salle Roxy est l’un des films importants de cette 20e édition. L’histoire est simple, mais cinématographiquement, elle est abordée avec profondeur et beaucoup d’émotion. Le film nous projette dans l’univers de Yasmina, une adolescente passionnée par le football qui joue dans une équipe française.  Un rôle joué par la talentueuse actrice, Hana Mekacher.

De beaux rêves et d’aspirations dans la tête, Yasmina, âgée de 15 ans, est malheureusement dans une situation irrégulière sur le territoire français en compagnie de son père, ce qui complique sa situation et menace son avenir. La jeune fille qui voit un soir son père se faire arrêter, risque d’être renvoyée elle aussi dans son pays d’origine. La police arrive sur les lieux et devrait procéder à une éventuelle arrestation de l’adolescente. Mais avant, Yasmina veut faire entendre sa voix, ses cris les plus profonds au monde et le fait. Sa voix résonne de plus en plus dans l’espace. L’histoire du film se termine sur une contre-plongée du terrain du football en laissant la fin ouverte sur des possibilités et de nouveaux commencements des autres histoires à venir.

Dans le film, les deux réalisateurs ont présenté le personnage dans tous ses états. On découvre un personnage au regard félin qui se bat de toutes ses forces, avec sa voix, sa présence physique et émotionnelle pour parvenir à ses fins et réaliser ses rêves d’intégrer une équipe. La caméra des deux réalisateurs se focalise sur le regard de Yasmina. Un regard rigoureux, sincère… plein d’espérance, de force, d’incertitude et de courage pour aller de l’avant. Les scènes du terrain filmées d’en haut en plein match et la voix du personnage qui résonne dans l’espace sont des moments forts du film.

Mohamed Nait Youssef

Related posts

*

*

Top