«Les draps» d’Amira-Géhanne Khalfallah

20h30), théâtre 121, à l’institut français de Casablanca (le 1er novembre à 20h30). En effet, les passionnés du théâtre seront au rendez-vous avec une pièce originelle dont son écriture a été commencée d’abord à Casablanca puis achevée à la Cartoucherie de  Paris.

 

Ainsi, c’est en 2013 plus exactement dans le cadre du   festival  de dramaturgie   arabe  contemporaine que cette aventure théâtrale a entamé son parcours et son commencement.L’intrigue de cette histoire a vu son jour «dans  un  village  perdu entre  les  montagnes,  une  mère  a  du mal  à  marier  son  unique  fille  qui  n’arrête  pas  de  rire.  Pour  obtenir  l’assentiment  de  la  mère  d’un  prétendant, elle  l’emmène  au  cimetière  et  feint  de  consulter  les  membres  de  sa  famille  à  ce  sujet.Ce  jeu  donne  lieu  à  des  chants  et  à  des  mouvements  de  danse  réprouvés  par  les  autorités.  Arrêtées,  les  deux  femmes   sont   traduites   devant   le  tribunal.Mais   signe   du   destin,   une   piqûre   d’araignée  intervient  au  moment  de  la  sentence  et  change  le  cours  de  l’histoire.»

Par ailleurs, cette pièce incarne bel et bien la situation et la condition de la femme. Le choix de cette thématique s’inscrit également dans la lignée de la première pièce écrite par le même dramaturge autour de la question. Il est à notre que «Les draps» sera jouée par les lauréats de l’Ecole des acteurs de  Cannes, à savoir Capucine  Ferry,  Lisa  Spatazza,  Maximin  Marchand,  Juliette  Prier  et  Léa  Perret, dans  une  mise  en  scène  signée  Nadya  Vonderheyden. Parmi les particularité de cette pièce, le fait que «la  metteuse  en  scène  a  opté  pour  une  forme  théâtrale  originale :  les  acteursjouant parmi le public,rompant avec toute nterprétation lassique,  affranchissant  les barrières  entre  la salle et les comédiens»,souligne un communiqué. Après une carrière bien réussite dans le domaine du journalisme au Maroc et ailleurs, Géhanne Khalfallah, journaliste  spécialisée en culture, et  auteure, consacre sa plume pour l’écriture dramatique et le théâtre.Sa première pièce, «Les désordres du   violoncelle», l’avait écrite en   2012 dans le Vaucluse par   la  compagnie  Eclats  de  scène  et  coproduite  par  le  théâtre des Carmes en  Avignon.

*

*

Top