Hors champ articles

Quelles tendances après Tanger

Quelles tendances après Tanger

Après les polémiques et les commentaires  qui ont accompagné, en toute logique, l’organisation et/ou le palmarès de la 18ème édition du festival national du film, il est utile d’aborder un autre niveau du débat : quelles sont les grandes tendances qui traversent le cinéma marocain aujourd’hui à la lumière des 15 longs métrages présentés lors de

Laroui et Ulad Mhand aux commandes

La 18ème édition du festival national du film démarre aujourd’hui à Tanger (du 3 au 11 mars). Une première marque déjà cette édition, les cérémonies d’ouverture et de clôture ont été délocalisées vers un centre culturel qui porte le nom d’une figure pédagogique célèbre de la vile du détroit, Ahmed Boukmakh dont les livres scolaires

Présidents de jury

D’Ahmed Sefrioui à Fouad Laroui Le choix d’un président de jury est en soi une indication porteuse de sens, principalement quand il s’agit d’un festival de cinéma. Annoncer le nom du président du jury constitue en outre une séquence à part dans le processus de communication qui  porte l’organisation d’un festival ; autour de cette annonce

Clint Eastwood: L’artiste et le citoyen

Une formule lapidaire pour résumer la problématique : on peut aimer l’artiste et ne pas être d’accord avec le citoyen! Formule vérifiée lors de plusieurs épisodes de l’histoire quand l’actualité, des événements dictent aux uns et aux autres des prises de position. Elle prend aujourd’hui une nouvelle dimension avec le cas Donald Trump, le président américain

La question du chef-d’œuvre (suite et fin)

On est arrivés à l’ultime séquence du questionnement sur «chef-d’œuvre au cinéma» avec en point d’orgue notre taxonomie clôturée en présentant la notion de   «film événement». C’est, en effet, une catégorie opérationnelle qui permet de répertorier des films ayant marqué l’Histoire du cinéma de leur pays en créant des controverses socio-politiques, en drainant des foules

Le cinéma marocain: La question du chef d’œuvre (3)

Avant de répondre à la question du chef d’œuvre cinématographique, cette fois dans le cadre de la filmographie marocaine, nous avons proposé d’aborder ce cinéma à travers d’autres catégories, en classant les films selon une taxonomie qui prend en compte des critères inhérents, soit à la profession (box office par exemple) ou à la tradition

Cinéma marocain : La question du chef-d’œuvre (2)

Y a-t-il des critères établis pour décréter, à propos d’un travail, qu’il relève du chef-d’œuvre ? A fortiori, peut-on parler d’un schéma, d’une grille de lecture qui fonde ce jugement définitif : «voilà un chef-d’œuvre !». Il me semble que le débat se situe non pas du côté de la création mais de la réception ; c’est le regard

La question du chef-d’œuvre

C’est une pratique courante dans les pays où le cinéma obéit à un fonctionnement institutionnel aussi bien au niveau de son industrie que des discours qui l’accompagnent : les fins d’années sont l’occasion d’établir des palmarès, des bilans ; la presse généraliste et spécialisée joue un rôle majeur dans ce sens en confrontant sans cesse le

Top