Le concert de la tolérance d’Agadir

Le concert de la tolérance remet du feu sur la corniche d’Agadir, à un rythme endiablé des stars. Comme son nom l’indique, cette messe universelle incarne bien les valeurs suprêmes de l’humanité, à la recherche des vertus de la paix et du rapprochement.

La capitale du Souss, havre d’acception et de communion, vibre aux sensualités de l’art musical sur le sable soyeux et le crépuscule avenant. Un moment intense qui délie les sens et transcende les contre sens, aux sons de la magie et de l’hystérie. En fait, depuis 2004, juste après les succès embryonnaires de Timitar, on pensait rééditer l’exploit en pré-hiver pour meubler la saisonnalité en événements de haute facture. Ce fut fait en fanfare, avec l’implication des institutions, des élus et des acteurs professionnels dont un certain Said Scally, alors président du Centre Régional du Tourisme de Souss Massa qui était, sans aucun conteste, l’un des instigateurs potentiels de la seconde prouesse.

Progressivement, le concert de la tolérance s’ancre désormais, comme un réel prétexte saillant de la diffusion des concepts de la coexistence des cultures que véhicule le quatrième art, sous ses multiples formes. La mutualisation des efforts de ses dévoués  concepteurs, à travers l’association conçue à cet effet, assure sa pérennité et la qualité de ses prestances.

Dans l’une de ses sorties médiatiques, l’ancien patron du FST, relate l’historique ascendant de cette épopée qui, au fil des ans, gagne en maturité et surtout en symboliques de l’universalité qu’elle ne cesse de mettre en évidence. Initialement prévu à Essaouira, les initiateurs ont, en fin compte, opté pour la première station du Royaume, pour ses donnes naturelles et infrastructurelles. Sans doute, le dossier à assumer à cet édifice artistique de pareille ampleur, semble être plus complexe pour la cité des alizés et finalement, on le confia à sa voisine du sud.

Plus d’une centaine de milliers de visiteurs, surtout des jeunes, prennent d’assaut, au bord des écumes luisantes de l’océan, cet immense parvis féerique et délirent face à leurs fans en hilarité extasiée. Décidément, l’idée n’arrête guère de se propager pour faire le tour du monde, non pas en simples shows musicaux auquel sont conviées les vedettes de la planète, mais également et surtout en thématique universelle qu’elle porte, presque deux décennies durant.

De par ses retombées médiatiques certaines, car nombre de chaînes télévisuelles plus prisées s’y greffent, le concert de tolérance promeut et préforme, par la suite, une image idyllique sur la destination des belles sensations évasives qu’a constamment été Agadir. Mais, la ville est plutôt nécessiteuse des moyens encore plus prioritaires que la musique, diraient certains grincheux, en contradiction  avec toute performance! On leur rétorquerait que ce même peuple qui souffre peut-être, du manque de nombre de droits, a aussi besoin du droit de se faire défouler par les musiques du globe, toutes ethnies et cultes confondues?

Related posts

*

*

Top