Le Plan de Santé 2025 reflète l’engagement du Maroc pour l’atteinte des ODD

L’engagement du Maroc dans l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) est reflété dans le Plan Santé 2025 qui accorde une importance « cruciale » à la généralisation de la Couverture sociale universelle (CSU), a indiqué, mercredi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali.

M. Doukkali, qui intervenait à l’ouverture de la 2e consultation nationale sur la mise en œuvre et le suivi des ODD au Maroc, a relevé que cet engagement se manifeste aussi dans l’adhésion du Royaume au Pacte Mondial sur la généralisation de la CSU à l’horizon 2030 en lien avec les ODD.

Il a, en outre, fait observer que la mise en place de l’Assurance médicale obligatoire (OMD) en 2005 et la généralisation du Ramed en 2012 ont permis au Maroc d’atteindre une couverture sanitaire de 62%, ajoutant que la mise en œuvre en cours de la loi 98-15 relative à l’AMO des travailleurs non-salariés, qui représentent environ 33 pc de la population, constitue une étape « décisive » pour la généralisation de la CSU.
La signature de la Charte sur la Prévention et le Contrôle des maladies non-transmissibles entre plusieurs partenaires publics et privés « témoigne aussi de la volonté nationale en vue de l’atteinte de la cible relative à la réduction de la mortalité due aux maladies non-transmissibles et à la promotion de la santé mentale », a-t-il poursuivi.

Le ministre a, par ailleurs, relevé que le succès des ODD, en particulier ceux liés à la santé, est tributaire de l’action collective des différents intervenants, notant que le Maroc adhère au Plan d’action global initié conjointement par plusieurs organisations internationales actives dans le domaine de la santé, afin de convenir ensemble de la meilleure approche pour atteindre les progrès prévus dans le cadre des ODD.

Dans une perspective élargie de la santé comme objectif de développement, M. Doukkali a affirmé qu’il est opportun de consolider davantage la complémentarité entre les différents acteurs, de renforcer le plaidoyer autour d’une démarche inclusive pour ne laisser personne pour compte et accroître ainsi les chances de l’atteinte des ODD.

Organisée conjointement par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Haut-Commissariat au Plan et le Système des Nations Unies au Maroc, cette 2è consultation nationale est consacrée à l’examen de l’état de mise en œuvre des ODD par le Maroc, et du niveau de réalisation de ses engagements internationaux dans ce cadre.

Elle se poursuivra les 13 et 14 à Salé et sera sanctionnée par des recommandations axées notamment sur les moyens de promouvoir les ODD et de suivre leur mise en oeuvre.

 

***

Contrôle et la prévention des maladies

Le Maroc souhaite afdhérer au C.A. du centre africain

Le ministre de la Santé, Anas Doukkali a réitéré le souhait de son département d’adhérer au Conseil d’administration du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies, en tant que membre représentant de la région de l’Afrique du Nord et ce, pour un mandat de 3 ans.

Cité par un communiqué du ministère de la Santé, M. Doukkali a mis en avant lors d’une entrevue, mardi à Rabat, avec le directeur du centre africain, John Nkengasong, les avancées réalisées par le Maroc dans le domaine de la santé, affirmant que cette visite de travail vient concrétiser la volonté partagée de renforcer davantage le partenariat avec le Centre, particulièrement depuis le retour du Royaume du Maroc à l’Union Africaine.

Le renforcement de ce partenariat peut se concrétiser à travers l’initiation d’un programme de formation en épidémiologie de santé publique (Master) en faveur des étudiants africains. francophones, qui pourront également bénéficier des stages dans les instituts de recherche du ministère de la Santé, a suggéré le ministre.

Il a également noté la possibilité de mettre en place un réseau régional des laboratoires de l’Afrique du Nord pour la surveillance de la résistance aux antimicrobiens et d’identifier de nouveaux projets de partenariat avec le Centre, notamment pour la création de l’Agence marocaine de santé publique.

De son côté, le directeur du Centre africain DC s’est dit très optimiste quant au renforcement de cette collaboration, notamment en matière de fabrication de médicaments et de vaccins et de partenariat avec le secteur privé.

Au terme des discussions, les deux parties se sont félicitées de la signature lors de cette mission de deux lettres d’entente entre le Centre et l’École nationale de santé publique d’une part, et avec l’Institut Pasteur du Maroc, d’autre part, souligne le communiqué.

Related posts

*

*

Top