Au Maroc, l’incidence en baisse, mais…

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

«Ensemble pour un Maroc sans tuberculose». C’est le slogan retenu pour la journée mondiale de lutte contre la tuberculose, célébrée chaque année le 24 mars. Cette année, «la célébration de cette journée mondiale s’inscrit dans le cadre de l’exécution du programme de développement durable à l’horizon 2030 dont l’un des objectifs est de mettre fin à cette pathologie», a indiqué Anas Doukkali, ministre de la Santé, lors d’une cérémonie de célébration à Rabat.

Ce chantier figure parmi les priorités stratégiques de son département. Selon lui, «toutes les ressources humaines et financières pour assurer le diagnostic de cette maladie et offrir des soins gratuits sont mobilisées par le ministère conformément au programme national de lutte contre la tuberculose». Chiffres à l’appui, la Santé a revu à la hausse le budget alloué à ces actions.  Sur la période 2012-2017, les ressources affectées aux prestations de diagnostic et de traitement gratuit ont augmenté de 68%. Sans oublier l’appui financier du Fonds mondial de lutte contre la tuberculose qui a atteint 85 millions de dirhams au cours de la même période.

Le ministre s’est montré confiant quant à la capacité du Maroc de combattre cette maladie. Sur ce chantier, «d’importantes avancées ont été réalisées», a-t-il dit. En effet, le taux d’incidence de la tuberculose a baissé de 30%. La mortalité par tuberculose a également reculé de 63% entre 1990 et 2016. En face, le taux de guérison est passé de 80% en 1990 à 87% en 2016. Le ministre s’est réjoui en annonçant que la propagation de la tuberculose est restée à un niveau faible avec un taux ne dépassant pas 1% de la population au moment où la moyenne mondiale s’élève à 4%. Il reconnait toutefois que des efforts restent à faire pour le Maroc. En effet, «la tuberculose continue de représenter un véritable défi puisque le département de la Santé a enregistré en 2017 un total de 30 897 cas de personnes atteintes de cette maladie». Ces cas sont principalement concentrés dans six régions : Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Hoceima, Fès-Meknès, Marrakech-Safi et Souss Massa. Les causes sont essentiellement d’ordre socio-économique. Elles sont surtout liées aux conditions d’habitat et à la mauvaise alimentation de cette catégorie de la population. En fait, 70% des personnes souffrant de la tuberculose résident dans les quartiers défavorisés des grandes villes. D’où l’appel du ministre à « adopter une approche intégrée, impliquant tous les secteurs ministériels, pour  inscrire la santé au cœur de toutes les politiques de développement ». En attendant, son département a inauguré une unité mobile de diagnostic et lancé la 5ème caravane de dépistage.

H.B.

 

Un forum Maroc-Chine à Agadir pour tirer le plein potentiel du partenariat stratégique

Renforcer la coopération entre le Maroc et la Chine en tirant le plein potentiel du partenariat stratégique entre Rabat et Pékin est le maître mot à l’ouverture, lundi à Agadir, du 2ème forum d’amitié entre les deux pays. Organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, par le Conseil de la région Souss-Massa, en partenariat avec l’Association d’amitié  et d’échange maroco-chinoise et l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, ce conclave se tient en présence d’une forte délégation de dirigeants, d’acteurs économiques et d’investisseurs de ce géant d’Asie.

«Le forum vient couronner les relations exceptionnelles qui unissent le Maroc et la Chine et qui connaissent, ces dernières années, un bond qualitatif, particulièrement depuis la visite historique de SM le Roi à Pékin en 2016», a indiqué à la MAP le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid, en rappelant que la visite Royale a été l’occasion pour la signature d’une série de conventions dans les domaines culturel, économique et industriel ainsi que pour la levée du visa pour les ressortissants chinois en visite au Royaume.

Au plan touristique, le ministre s’est félicité de voir le nombre de touristes chinois en visite au Maroc bondir de 10.000 en 2015 à 100.000 en 2017, se disant optimiste pour les perspectives prometteuses qu’offre ce marché.

«Grande puissance économique, la Chine est aussi intéressée par la dynamique que connaissent les différentes régions du Maroc dans divers domaines», a ajouté le ministre notant la ferme volonté du Maroc de consolider davantage ses relations avec ce grand pays ami.

A l’ouverture de ce forum qui se tient en présence également de la secrétaire d’Etat chargée de l’artisanat et de l’économie sociale, Jamila El Moussali, de la secrétaire d’État chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida, et de l’ambassadeur de Chine à Rabat, Li Li, le président de la région Souss-Massa, Brahim Hafidi, a mis en exergue l’importance de ce forum pour consolider la coopération sino-marocaine, d’autant plus qu’il coïncide avec le 60ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Il a ajouté que cette rencontre de trois jours servira d’opportunité pour la forte délégation d’acteurs institutionnels et d’investisseurs chinois de connaître de près le potentiel et les atouts dont dispose le Souss-Massa, discuter des pistes qui peuvent favoriser l’accélération des investissements dans la région, et appuyer la place du Maroc comme plateforme pour la Chine en vue d’atteindre le marché africain prometteur.

Outre les secteurs clés de l’agriculture, la pêche et le tourisme, la région Souss-Massa compte aussi faire valoir ses atouts sur le plan de l’industrie avec les opportunités offertes par le Plan d’accélération industriel, qui a fait l’objet dernièrement de la signature de plusieurs conventions devant SM le Roi Mohammed VI.

Dans une déclaration à la MAP, la vice-présidente de l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, Lin Yi, a relevé, pour sa part, l’amitié profonde liant le Maroc et la Chine, deux pays dotés d’une riche histoire, soulignant l’importance de mettre à profit le potentiel de partenariat aussi bien sur le plan culturel, qu’aux niveaux économique et commercial. «Nous devons travailler ensemble avec vigueur pour promouvoir le partenariat entre les deux pays», a indiqué Mme. Yi qui a fait état de l’importance de la délégation chinoise en déplacement à Agadir.

Se voulant un cadre pour la concrétisation de la coopération décentralisée, le Forum accueille plusieurs provinces, villes, districts et régions de Chine dont certains sont liés par des accords de jumelage avec des villes et régions au Maroc qui sont aussi invitées.

Une cinquantaine d’entreprises publiques et privées opérant dans divers secteurs ont également fait le déplacement. Elles représentent l’industrie navale, l’industrie automobile, l’aquaculture, l’agro-alimentaire, l’énergie, dont des énergies renouvelables, et les mines.

Le programme de cet évènement prévoit des ateliers et des rencontres B2B, permettant aux hommes d’affaires, aux maires des villes, et aux divers acteurs institutionnels marocains et chinois de discuter des opportunités de coopération et d’affaires avec l’ambition de booster le partenariat stratégique scellé entre les deux pays.

Related posts

*

*

Top