Le Pandémie ravive la guerre froide…

La pandémie du Covid-19 est en train de provoquer un ébranlement planétaire, c’est le moins que l’on puisse dire. Aussi, en rappelant qu’en faisant perdre aux américains leur «puissance», la crise financière de 2008 avait poussé Pékin à les défier, l’historien américain Hal Brands affirme que, si «aujourd’hui le pays qui prétend conduire le monde gère de façon particulièrement décevante la plus grande crise mondiale de ce siècle, nul doute que le coronavirus va inciter, de nouveau, les chinois à discréditer et à supplanter la domination américaine sur les affaires du monde».

Déclarant avoir endigué la propagation du virus tout en étant soucieuse, par ailleurs, de faire oublier les aspects de la pandémie qui mettraient en cause son «culte du secret» et son «autoritarisme», la Chine joue, désormais, le rôle du bon samaritain en envoyant ses avions remettre du matériel sanitaire et des équipements médicaux à l’Italie et à la France mais aussi à la Serbie et au Libéria. Il y a lieu de signaler, également, qu’après avoir «chargé» un avion de la Royal Air Maroc, en escale à Pékin, d’équipements sanitaires et médicaux, les autorités chinoises ont proposé à Nacer Bourita, chef de la diplomatie marocaine, lors d’une vidéo-conférence, de faire bénéficier le Royaume, de l’expérience des médecins chinois en cas d’aggravation de l’épidémie.

Déclarant avoir terrassé le virus qui ébranle la planète alors même qu’à ce jour, il n’y a encore aucune visibilité ni sur la durée de la pandémie ni sur l’ampleur réelle des dégâts qu’elle occasionnera, l’Empire du milieu vole donc au secours d’une Europe déboussolée encore aux prises avec un ennemi invisible qui, chaque jour, gagne du terrain  alors que l’Amérique de Donald Trump, déstabilisée et affaiblie du fait de sa très mauvaise gestion de la crise sanitaire mondiale, «en prend plein la gueule».

Ainsi, après la guerre commerciale, le conflit sur la 5G, la question de Hong Kong, les affaires d’espionnage et les tensions créées par les activités militaires de Pékin en mer de Chine méridionale, le Coronavirus est, désormais, au cœur de la guerre froide que se livrent les Etats-Unis et la Chine mais qui se limite encore aujourd’hui à une «guerre de mots» et à des mesures d’expulsions «réciproques».

Répondant, en effet, à la décision jugée « scandaleuse » de Washington de réduire considérablement le nombre de journalistes chinois autorisés à travailler aux Etats-Unis pour le compte des médias de leur pays, Pékin a accordé un délai de dix jours aux correspondants du «New York Times», du «Washington Post» et du «Wall Street Journal» pour restituer, aux autorités chinoises, leurs «cartes de presse » (accréditations) après que trois reporters du «WSJ» aient déjà été expulsés en fin février.

Considérant qu’il n’y aurait aucun rapport entre ces expulsions puisque celles qui avaient été effectuées par Washington n’avaient pas concerné des «journalistes» mais des «membres des organes de propagande chinoise», le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, exhorte les autorités de Pékin à revoir leur décision dès lors qu’elle empêcherait « le monde de savoir ce qui se passe vraiment à l’intérieur du pays». Lui emboitant le pas, le «Washington Post » dénonce, pour sa part, une «limitation de l’information» qui, en intervenant en pleine crise mondiale, ne pourrait qu’aggraver la situation.

Mais la « guerre froide » qui sévit actuellement entre Washington et Pékin semble bien être là pour durer puisque même le racisme s’y est invité. D’ailleurs, même sur le plan sémantique, Mike Pompeo ne parle ni de «coronavirus» ni de « Covid-19 » mais bel et bien de «virus chinois» et de «virus de Wuhan» ; une dénomination, à relents fortement racistes, qui, après avoir été reprise ce lundi soir par un tweet de Donald Trump, n’a fait qu’attiser la colère des autorités chinoises qui n’y voient qu’une stigmatisation de leur pays.

Enfin, en rappelant que les résultats scientifiques dont on dispose actuellement ne donnent pas encore d’indications précises quant à l’origine du virus, l’Agence de presse officielle «Chine Nouvelle» regrette l’utilisation d’expressions racistes et xénophobes n’ayant pour seul but que de jeter, automatiquement et sans preuves,  la responsabilité de l’épidémie sur le pays où le coronavirus a été détecté pour la première fois.

Qui de la pandémie du coronavirus et du bras-de-fer sino-américain va encore faire parler de lui pendant longtemps ? Attendons, pour voir…

Nabil El Bousaadi

Related posts

*

*

Top