Le Raja, meilleur club marocain en Afrique

Qui dit mieux…

Le Raja Casablanca l’a fait, encore une fois. Il s’agit d’un nouveau sacre en Coupe d’Afrique de la CAF venant à un moment opportun pour le club des Verts qui a réalisé une victoire certes, difficile mais méritée, au détriment de la JS Kabylie (2-1), en finale âprement disputée, samedi dernier, à la ville béninoise de Cotonou.

Le Raja est à féliciter pour cette victoire courageuse et arrachée face à un adversaire algérien qui reste à saluer, techniquement, mais qui a malheureusement préféré jouer politiquement beaucoup plus que sportivement.

Les Rajaouis qui l’ont bien compris, ont bataillé ferme pour préserver leur avantage notamment après l’expulsion d’Omar Arjoune à l’heure de jeu, sanction sévère si on ne veut pas dire injuste de l’arbitre sud-africain du match.

Les Rajaouis qui doivent être heureux de faire le nécessaire auraient pu plier la partie en première mi-temps qu’ils ont dominée de la tête et des épaules mais seulement avec les 2 buts de la victoire finale bien qu’ils avaient eu la possibilité d’aggraver le score à maintes reprises.

Au retour des vestiaires, les Verts cueillis à froid, allaient subir le poids du match en recevant un but à l’entrée de jeu, ce qui a constitué un tournant du match devenu de plus en plus sensationnel. Les Kabylis pour rétablir l’équilibre et espérer mieux, les Rajaouis pour conserver leur acquis. Et même réduit à 10, ils n’ont pas tremblé pour préserver leur avantage tout en ratant une autre occasion en or de tripler la mise et de tuer définitivement le match.

Dans l’ensemble, les Rajaouis ont bien maîtrisé leur sujet et, malgré quelques déchets techniques, ils n’ont laissé que peu d’opportunités à des Algériens pétrifiés par l’enjeu du match imposé par les Verts plus forts et plus expérimentés.

Le mérite de ce sacre revient à tout le groupe du Raja, dont son capitaine, le gardien Anas Zniti, qui a achevé en beauté. Zniti a fait un bon geste de reconnaissance en brandissant le maillot de son « ancien » capitaine, Mohcine Metoualli lors du moment fort de la levée de la Coupe du club vainqueur. Metoualli reste le grand absent de cette finale après avoir contribué à toutes les victoires du Raja en cette compétition avec plusieurs records dont notamment le carton plein en phase de poules (leadership avec 18 points totalisés suite à 6 succès en autant de matches).

Metoualli et tous les autres joueurs dont El Hafidi qui a assuré sa présence en finale, comme d’habitude, sont à féliciter pour ce sacre grâce à deux réalisations de Rahimi qui a été choisi meilleur joueur et le Congolais Ben Malango qui a terminé le parcours avec une mention de meilleur buteur de la compétition en réussissant 6 réalisations dans l’ensemble.

Le mérite de ce sacre africain peut revenir également à l’entraineur partant, Jamal Sellami, qui avait mené le Raja droit au but avec plusieurs victoires en phase de poules dans cette  compétition continentale avant d’être acculé à jeter l’éponge suite au « Hirak des Hayahas » qui voulaient créer la zizanie au sein du club au lendemain d’une simple et première défaite en Botola. Le successeur tunisien, Lasaad Chabbi, doit ainsi remercier son devancier tout comme il doit être heureux d’avoir remporté son premier sacre international dans sa vie avec le club des Verts.

Les représentants du Maroc qui ont donc offert à ce simple technicien tunisien un titre africain, ont ainsi bien tenu à leur premier objectif en remportant cette Coupe continentale après avoir raté la course de la défense de leur titre national en Botola. Car, éliminés tôt en Ligue des champions, sortis hâtivement en Coupe du Trône avant d’être distancés en championnat national, les Rajaouis venaient ainsi de sauver la saison en assurant leur place sur le toit de l’Afrique.

En voyant juste de se fixer les deux principaux objectifs, les finales africaine et arabe restant encore à jouer, tout en visant la seconde place de vice-champions du Maroc menant à la Champion’s League, les Verts ont réussi la première mission continentale en cette fin de saison en attendant celle des seigneurs en Coupe arabe Mohammed VI dont la finale est prévue le mois prochain (21 août à Rabat SVP) contre les Saoudiens d’Al Ittihad.

En attendant la confirmation avec un autre sacre à l’échelon arabe en 2021 et qui serait le second après celui réalisé en 2006, le Raja a bien justifié son mérite de meilleur club marocain en Afrique. Il suffit de rappeler qu’avec ce nouveau titre de la CAF, le Raja a tout simplement enrichi son palmarès africain.

Il s’agit là de la 3e Coupe de la CAF ramenée de l’extérieure en 2021 après celles de 2018 à Kinshasa et 2003 à Garoua. Avec ce 3e titre, le Raja a égalé le nombre des 3 autres sacres en Ligue des Champions réalisés en 1999, 1997 et 1989. Cela en plus de trois autres titres, la super-coupe d’Afrique à double reprise (2000 et 2019) ainsi que la Coupe intercontinentale Afro-Asiatique (1998).

Ce qui porte le nombre des titres du Raja à 9, le confirmant en tant que club marocain le plus titré à l’échelon africain avec en plus l’exploit historique de vice-champion du monde en 2013.

Le Raja qui est classé 4een Afrique talonne ainsi les meilleurs clubs du Continent derrière Al Ahly du Caire qui vient en tête avec 20 titres dont 9 en Ligue des Champions alors qu’il cherchera la 10e consécrationlors de la prochaine finale programmée à Casablanca le 17 juillet contre les Sud-africains de Kaizer Chiefs tombeur du Wydad en demi-finale.

Les 2 autres places du podium sont occupées par le TP Mazembé également vice-champion du monde en 2010 et l’autre club du Caire, le Zamalek, qui ont chacun 5 victoires en Ligue des Champions.

Voilà en bref pour le podium du Continent et le meilleur classement du Raja en Afrique, ce qui reste un grand honneur pour le football marocain.

Et dire enfin que le Raja et ses larges supporters classés également parmi les meilleurs dans le monde, sont visés et combattus dans leur pays, par certains charognards du football marocain et qui ont malheureusement le pouvoir de gérer les choses footballistiques nationales.

Ce qui reste honteux pour notre pays classé pourtant parmi les grandes nations de football…

Related posts

Top